BFMTV

Londres: un couple lesbien agressé par plusieurs hommes pour avoir refusé de s'embrasser 

Melania Geymonat a dévoilé sur Facebook la photographie de son visage ensanglanté, et de celui de sa petite amie Chris, après avoir été attaquées dans un bus londonien.

Melania Geymonat a dévoilé sur Facebook la photographie de son visage ensanglanté, et de celui de sa petite amie Chris, après avoir été attaquées dans un bus londonien. - Facebook / Melania Ps

Deux jeunes femmes en couple ont été attaquées dans un bus londonien après que des hommes leur ont demandé de s'embrasser devant eux et qu'elles ont refusé. La police a indiqué traiter l'affaire comme un crime de haine.

"La violence est devenue une chose commune". Melania Geymonat, une hôtesse de l'air de 28 ans originaire d'Uruguay, a raconté sur sa page Facebook l'agression homophobe dont elle a été victime avec sa petite amie Chris, le 30 mai dernier à Londres.

Dans un bus de nuit en direction du quartier londonien de Camden, un groupe de quatre hommes "a commencé à se comporter comme des hooligans, exigeant qu'on s'embrasse pour qu'ils puissent prendre du plaisir en nous regardant, nous traitant de 'lesbiennes' et décrivant des positions sexuelles", a-t-elle indiqué. La jeune femme a précisé avoir essayé de faire des blagues pour les faire partir, mais ils ont continué à les harceler, leur lançant même des pièces. 

"Je me rends alors compte d'un coup que Chris est au milieu du bus en train de se battre avec eux, a-t-elle poursuivi. Je vois que son visage est en sang et que trois d'entre eux la tabassent. Je reçois alors un coup au visage. (...) Je ne sais pas encore si mon nez est cassé."

Melania Geymonat a souligné à la BBC que elle n'avait jamais été attaquée pour son orientation sexuelle. Avant l'arrivée de la police dans le bus, le groupe d'hommes a réussi à s'échapper, dérobant un téléphone et un sac aux deux femmes. 

"Une attaque répugnante"

Sur Twitter, le maire de Londres Sadiq Khan a qualifié l'attaque de "répugnante" et de "misogyne". "Les crimes de haine contre la communauté LGBT+ ne seront pas tolérés à Londres", a-t-il ajouté. 

Melania Geymonat a confié sur Facebook "en avoir marre d'être prise pour un objet sexuel et que ces situations deviennent habituelles. (...) Nous devons supporter un harcèlement verbal et une violence misogyne et homophobe, parce que lorsque nous nous rebellons, des situations comme celles-là arrivent". 

La police a indiqué traiter l'affaire comme un crime de haine et a lancé un appel à témoin sur son site internet. Quatre hommes, âgés de 15 à 18 ans, ont été arrêtés ce vendredi, rapporte le Guardian

Clément Boutin