BFMTV

Les premiers mots d'Ingrid Betancourt

-

- - -

Dès son arrivée à l'aéroport de Bogota, Ingrid Betancourt, a répondu aux questions des journalistes et tenu à faire une déclaration en français.

Enlevée le 23 février 2002 par les FARC, Ingrid Betancourt a été libérée mardi après-midi par les troupes colombiennes après 6 années de détention (2321 jours). Dès son arrivée à l'aéroport de Bogota, elle a tenu, en français, a remercié les efforts entrepris par les présidents français Chirac puis Sarkozy et par son « ami » l'ancien premier ministre Dominique de Villepin.
« Merci à vous tous, à ma douce France, de m'avoir accompagnée toutes ses années. De m'avoir pris la main, de ne m'avoir jamais laissé tomber dans les moments les plus difficiles. D'avoir toujours cru qu'en luttant pour moi, même si la France paraissait si lointaine, nous réussirions tous ensemble, à faire la différence. Je suis colombienne, mais je suis française. Mon cœur est partagé, Je vous porte tous dans mon cœur, je vous aime. Vous êtes avec moi, je vous porte dans mon sang, je suis à vous. Merci la France. Je veux aussi à travers vous, dire merci au président Sarkozy, qui a tant lutter pour moi. Mais je voudrais aussi remercier le président Chirac qui a tant lutté pour moi, à des moments où lutter pour les otages en Colombie, était politiquement inconvenant. Et je voudrais aussi dire merci à mon ami Dominique de Villepin que je porte, dans mon affection, dans mon cœur. A sa femme Marie-Laure parce que je sais qu'ils ont été, avec famille, avec moi pendant toutes ses années. »

La rédaction