BFMTV

Les "indignés" érigent un deuxième campement à Londres

Les "indignés" londoniens, dont plusieurs centaines campent depuis six jours sur le parvis de la cathédrale St Paul, ont érigé samedi un nouveau campement dans le quartier financier de la capitale britannique. /Photo prise le 22 octobre 2011/REUTERS/Toby

Les "indignés" londoniens, dont plusieurs centaines campent depuis six jours sur le parvis de la cathédrale St Paul, ont érigé samedi un nouveau campement dans le quartier financier de la capitale britannique. /Photo prise le 22 octobre 2011/REUTERS/Toby - -

LONDRES (Reuters) - Les "indignés" londoniens, dont plusieurs centaines campent depuis six jours sur le parvis de la cathédrale St Paul, ont érigé...

LONDRES (Reuters) - Les "indignés" londoniens, dont plusieurs centaines campent depuis six jours sur le parvis de la cathédrale St Paul, ont érigé samedi un nouveau campement dans le quartier financier de la capitale britannique.

Les autorités ecclésiastiques ont décidé vendredi de fermer les portes de la cathédrale, invoquant les conditions sanitaires et des risques d'incendie face au flot grandissant de manifestants anti-capitalistes.

Entre 200 et 300 personnes ont rejoint un deuxième campement érigé à Finsbury Square, également situé dans quartier de la City, selon les organisateurs du mouvement.

"Nous voulons avoir de bonnes relations avec le voisinage", explique Kai Wargalla, un manifestant. "Nous avons atteint la limite de capacité d'accueil à St Paul et le nouveau camp devrait permettre de relâcher la pression" autour de la cathédrale.

Le nombre de tentes situées sur le parvis ne semblait toutefois pas avoir diminué samedi soir.

S'inspirant du mouvement new-yorkais Occupy Wall Street et des "Indignados" de Madrid, les "indignés" britanniques avaient entamé leur action samedi dernier en se rassemblant devant la bourse de Londres.

Après avoir été refoulés par les forces de l'ordre, ils s'étaient repliés et installés dimanche devant la cathédrale où ils avaient érigé environ 70 toiles de tentes.

Peter Griffiths, Marine Pennetier pour le service français