BFMTV

Les hélicoptères de l'armée syrienne bombardent à nouveau Alep

Dans une rue d'Alep, la deuxième ville de Syrie. Les hélicoptères et l'artillerie de l'armée syrienne poursuivaient dimanche le bombardement des positions rebelles à Alep dont les forces de Bachar al Assad veulent reprendre le contrôle, suscitant l'inquié

Dans une rue d'Alep, la deuxième ville de Syrie. Les hélicoptères et l'artillerie de l'armée syrienne poursuivaient dimanche le bombardement des positions rebelles à Alep dont les forces de Bachar al Assad veulent reprendre le contrôle, suscitant l'inquié - -

ALEP (Reuters) - Des hélicoptères de l'armée syrienne bombardaient dimanche des positions tenues par les insurgés Alep, la grande ville du nord de...

ALEP (Reuters) - Des hélicoptères de l'armée syrienne bombardaient dimanche des positions tenues par les insurgés Alep, la grande ville du nord de la Syrie que tentent de contrôler les rebelles et les pro-Assad.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG favorable à l'opposition syrienne et basée à Londres, des affrontements avaient lieu dimanche matin dans plusieurs zones contrôlées par les rebelles, principalement dans le centre ville et dans les quartiers ouest.

Un militant de l'opposition a confié avoir vu des chars et des véhicules de transport de troupes se diriger vers le quartier de Salaheddine dimanche. Un chasseur a également été aperçu dimanche à l'aube au-dessus de la ville.

Un journaliste de Reuters a constaté que des quartiers tenus par les insurgés avaient été désertés par les habitants. Les combattants utilisaient comme base des maisons, dont certaines abandonnées à la hâte où l'on pouvait trouver encore de la nourriture dans les frigidaires.

"Nous quittons une zone de guerre", a dit un homme, la quarantaine, transportant sur une moto sa famille.

"Moi et ma famille faisons des allées et venues, en tentant de rester éloignés des combats. Nous avons quitté Alep quand nous avons vu des colonnes de fumée et les hélicoptères tirer", ajoute-t-il.

D'après l'OSDH, il y a eu 26 morts à Alep samedi et 190 en tout dans le pays. Des affrontements ont notamment été signalés samedi à Deraa, le berceau de la révolte dans le sud du pays, à Homs, dans le centre, et à Hama, ville où un soulèvement islamiste au début des années 1980 avait été écrasé dans le sang par le président Hafez al Assad, le père de Bachar.

Erika Solomon, Benjamin Massot pour le service français