BFMTV

Les approbations d'OGM continueront dans l'UE, assure Bruxelles

Le commissaire européen à la santé et aux Consommateurs, John Dalli, est prêt à amender ses propositions visant à assouplir la culture des OGM en Europe lors des négociations avec les Etats membres et le Parlement, mais il prévient que les approbations de

Le commissaire européen à la santé et aux Consommateurs, John Dalli, est prêt à amender ses propositions visant à assouplir la culture des OGM en Europe lors des négociations avec les Etats membres et le Parlement, mais il prévient que les approbations de - -

BRUXELLES (Reuters) - Le commissaire européen à la santé et aux Consommateurs, John Dalli, est prêt à amender ses propositions visant à assouplir la...

BRUXELLES (Reuters) - Le commissaire européen à la santé et aux Consommateurs, John Dalli, est prêt à amender ses propositions visant à assouplir la culture des OGM en Europe lors des négociations avec les Etats membres et le Parlement, mais il prévient que les approbations de semences se poursuivront pendant les discussions.

"Je suis toujours flexible. Les propositions de la Commission évoluent et ne sont pas coulées dans le béton. Mais naturellement, elles répondent à un objectif et cet objectif doit être atteint", a-t-il déclaré dans une interview accordée à Reuters.

"Les processus (d'approbation) vont continuer, les processus continuent. Nous n'allons pas attendre", a-t-il ajouté, une semaine avant que les ministres de l'Agriculture ne se penchent pour la première fois sur ces propositions controversées.

Il indique notamment que le renouvellement de la licence décennale de mise en culture du maïs MON810 de Monsanto devrait intervenir d'ici fin 2010, annulant par la même occasion la clause de sauvegarde décidée par les autorités françaises.

"Le processus est en cours de finalisation. D'ici la fin de l'année, nous devrions donner cette autorisation", a-t-il dit.

Enfin, le commissaire maltais annonce que les règles actuelles de tolérance zéro dans les importations seront assouplies pour l'alimentation animale - afin de ne pas avoir à renvoyer une cargaison entière dans son port d'origine lorsque des traces résiduelles d'OGM y sont détectées - mais elles resteront strictes pour la nourriture humaine.

"Sur la nourriture humaine, la règle (de tolérance zéro) restera (...) Mais pour l'alimentation animale, des propositions seront faites très prochainement", a-t-il indiqué.

Julien Toyer et Charlie Dunmore