BFMTV

Un soldat français est mort au combat au Mali

Maxime Blasco est décédé au combat au Mali ce vendredi 24 septembre 2021.

Maxime Blasco est décédé au combat au Mali ce vendredi 24 septembre 2021. - BFMTV

L'Elysée a fait part de son "émotion particulièrement vive" et "réaffirme la détermination de la France dans son combat contre le terrorisme" ce vendredi. Le caporal-chef Maxime Blasco appartenait au 7e bataillon de chasseurs alpins de Varces (Isère).

Un soldat français a été tué au combat au Mali vendredi matin, a annoncé l'Elysée dans la soirée, en faisant part de "l'émotion particulièrement vive" du président Emmanuel Macron, qui "réaffirme la détermination de la France dans son combat contre le terrorisme". L'âge du militaire n'a pas été précisé vendredi par la présidence, ni par le ministère des Armées.

Selon un communiqué de l'état-major des armées, le caporal-chef Maxime Blasco, du 7e bataillon de chasseurs alpins de Varces (Isère), est mort au combat "contre un groupe armé terroriste" au cours d'une opération de reconnaissance et de harcèlement conduite par la Force Barkhane dans le Gourma malien, au sud-est de N’Daki, dans la région de Gossi, à proximité de la frontière entre le Mali et le Burkina Faso.

Le soldat "touché par un tireur embusqué"

Tôt dans la matinée de ce vendredi, des combattants d’un groupe armé terroriste avaient été détectés dans la forêt de N'Daki par un drone Reaper, précise l'état-major des armées. "Le groupe de commandos de la force Barkhane, comprenant le caporal-chef Maxime Blasco, appuyé par deux hélicoptère et un drone, avait été déployé pour reconnaître la zone".

Peu après avoir entamé cette reconnaissance, le groupe de commandos a été pris à partie. "Au cours de cette action, le caporal-chef Maxime Blasco a été touché par un tireur embusqué, qui a été neutralisé par les commandos", décrit le communiqué de l'état-major des armées. Très grièvement blessé, le soldat français a rapidement succombé à ses blessures.

Il avait reçu en juin la médaille militaire "pour la valeur exceptionnelle de ses services", précise l'Elysée dans un communiqué, tandis que l'état-major des armées "salue la mémoire du caporal-chef Maxime Blasco qui s'était brillamment illustré lors de ses précédents engagements au Mali".

Ce décès vient alourdir un peu plus le bilan français au Sahel: Maxime Blasco est le 52e soldat à périr dans la région africaine dans le cadre de l'intervention militaire hexagonale, démarrée en 2013.

Hugo Roux avec AFP