BFMTV

L'avocat de Trump dans le dossier sur l'ingérence russe jette l'éponge

Si les Européens ne suppriment pas leurs droits de douane, "nous allons taxer Mercedes-Benz, nous allons taxer BMW", a mis en garde samedi soir Donald Trump.

Si les Européens ne suppriment pas leurs droits de douane, "nous allons taxer Mercedes-Benz, nous allons taxer BMW", a mis en garde samedi soir Donald Trump. - Mandel Nagn - AFP

John Dowd est l'avocat de Donald Trump chargé de diriger l'équipe de juristes qui suit l'enquête sur l'ingérence russe dans la campagne présidentielle américaine. Enfin, il l'était. Le New York Times note ainsi qu'il a démissionné ce jeudi, lassé que le chef d'Etat passe outre ses avis.

Visiblement, il s'agit d'un gros coup de fatigue, de ras-le-bol et de lassitude. John Dowd était depuis l'été dernier l'avocat chargé de diriger l'équipe de juristes de Donald Trump suivant pour le compte de ce dernier les avancées de l'enquête sur de possibles ingérences russes dans la campagne présidentielle américaine et les liens présumés entre le Kremlin et les collaborateurs du candidat républicain. Il ne l'est plus. En effet, selon le New York Times, il a démissionné ce jeudi, excédé que son patron, le président des Etats-Unis, n'écoute pas ses conseils. 

Des attaques frontales 

Il a renoncé quelques jours après que Donald Trump a, vertement et publiquement, attaqué Robert Mueller, le procureur spécial dont la fonction est de mener les investigations dans ce dossier ainsi que d'examiner de possibles tentatives présidentielles visant à faire obstruction au travail des enquêteurs. 

Dimanche, sur Twitter, le président des Etats-Unis avait notamment lancé, alors que les pas de Robert Mueller s'approchent dorénavant de sa personne:

"Pourquoi l'équipe de Mueller compte-t-elle 13 Démocrates endurcis, quelques grands supporteurs de Hillary, et zéro Républicains? Un autre membre démocrate vient de s'ajouter à la liste... Quelqu'un pense-t-il que c'est équitable? Et pourtant, il n'y a eu AUCUNE COLLUSION (avec la Russie)!"

Dowd ne voulait pas parler d'un entretien avec Mueller 

Or, John Dowd et les avocats sous ses ordres conseillaient à Donald Trump de ne pas entrer dans une opposition frontale avec Robert Mueller et les siens et, au contraire, de collaborer avec eux. Les attaques de Donald Trump ont donc paru intempestives à John Dowd.

Un autre grief séparait désormais les deux hommes: devant son entourage, Donald Trump dit souhaiter être entendu directement par l'équipe de Robert Mueller. Or, ce n'est apparemment pas ce genre de collaborations que John Dowd espérait de son client, et tenait cette initiative pour une erreur. 

Robin Verner