BFMTV

Kim Jong-Un assure avoir le bouton de lancement nucléaire sur son bureau

A Seoul, des passants regardent les voeux télévisés du leader nord-coréen, Kim Jong-Un, le 1er janvier 2018.

A Seoul, des passants regardent les voeux télévisés du leader nord-coréen, Kim Jong-Un, le 1er janvier 2018. - Jung Yeon-Je - AFP

Dans son discours annuel, Kim Jong-Un a assuré que la Corée du Nord pouvait "affronter n'importe quelle menace nucléaire des Etats-Unis".

Kim Jong-Un a appelé ce lundi la Corée du Nord à produire en masse têtes nucléaires et missiles balistiques, dans un message du Nouvel An qui témoigne de sa détermination à réaliser ses ambitions militaires envers et contre tout.

"Nous devons produire en masse des têtes nucléaires et des missiles et accélérer leur déploiement", a déclaré le leader nord-coréen dans son adresse annuelle à la nation, répétant que le Nord avait atteint son but, accéder au statut d'Etat nucléaire. 

"Le bouton nucléaire est toujours sur mon bureau. Les Etats-Unis doivent prendre conscience que ce n'est pas du chantage mais la réalité", a-t-il également averti.

La Corée du Nord "peut affronter n'importe quelle menace nucléaire des Etats-Unis, elle dispose d'une (force de) dissuasion forte qui est capable d'empêcher les Etats-Unis de jouer avec le feu", a assuré le dirigeant. 

Un 6e test nucléaire en 2017

Pyongyang a considérablement intensifié ses efforts au cours de l'année écoulée pour dérouler ses programmes nucléaire et balistique interdits malgré de multiples sanctions de l'ONU et la rhétorique de plus en plus belliqueuse émanant de Washington.

Avant un 6e test nucléaire en septembre, Kim Jong-Un avait également supervisé pendant l'année plusieurs essais de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM), assurant que le Nord était capable de frapper le territoire continental américain et était devenu un Etat nucléaire à part entière.

Ces nouvelles déclarations du numéro un nord-coréen interviennent au moment où un ancien haut responsable militaire américain a prévenu que les Etats-Unis n'avaient "jamais été aussi proches" d'une guerre nucléaire avec la Corée du Nord.

La présidence Trump "est incroyablement déstabilisante et certainement imprévisible", a déclaré l'ex-chef d'état-major américain Mike Mullen sur la chaîne ABC.

"Nous n'avons, à mon avis, jamais été aussi proches d'une guerre nucléaire avec la Corée du Nord et dans la région", a-t-il dit. "Et je ne vois pas comment on pourrait résoudre tout ceci par la voie diplomatique à ce stade".

De multiples sanctions de l'ONU

Pyongyang justifie ses programmes militaires par la nécessité de se défendre face aux Etats-Unis. Il considère les opérations militaires américaines dans la région, à l'instar des manoeuvres conjointes entre Washington et Séoul, comme la répétition d'une future invasion de son territoire.

Alors que les tensions atteignaient des sommets, la communauté internationale a multiplié les mesures de rétorsion contre Pyongyang, avec trois trains de sanctions cette année.

Beaucoup d'experts estiment que Washington doit dialoguer avec Pyongyang. Mais le Nord, qui soutient que son arme nucléaire n'est pas négociable, revendique de traiter d'égal à égal avec les Etats-Unis, comme deux puissances nucléaires.

Washington a toujours dit qu'il n'accepterait pas une Corée du Nord dotée de l'arme nucléaire et que Pyongyang devait prendre des mesures concrètes de désarmement avant toute discussion, laquelle doit avoir pour but sa dénucléarisation.

L.A., avec AFP