BFMTV

Israël: un soldat poignardé à Tel-Aviv, une jeune femme en Cisjordanie

Une manifestation le 15 octobre autour de l'Esplanade des Mosquées, où les tensions entre Israéliens et Palestiniens se sont accentuées depuis le début du mois.

Une manifestation le 15 octobre autour de l'Esplanade des Mosquées, où les tensions entre Israéliens et Palestiniens se sont accentuées depuis le début du mois. - Ahmad Gharabli - AFP

Deux attaques au couteau ont été menées contre des Israéliens, ce lundi. Une jeune femme est décédée près d'une colonie, en Cisjordanie, et un soldat a été hospitalisé à Tel Aviv. C'est la première fois que les violences touchent la capitale de l'Etat hébreu.

Un pas de plus vers une troisième Intifada? Ce lundi, deux hommes ont été blessés et une jeune femme a été tuée à coups de couteau, près d'une colonie. L'agresseur, un Palestinien, touché par balles par un garde armé présent sur les lieux, a succombé à ses blessures. 

Plus tôt dans la journée, un soldat israélien a été poignardé par un jeune Palestinien de 17 ans, à Tel-Aviv. L'agresseur, originaire de la Cisjordanie occupée et qui se trouvait sur le territoire israélien illégalement, a été arrêté, a annoncé un porte-parole de la police.

Le soldat, âgé d'une vingtaine d'années, a été hospitalisé et se trouve dans un état grave. C'est la première fois que la capitale de l'Etat hébreu est touchée par les violences qui se sont multipliées depuis deux semaines, poussant certains observateurs à craindre une troisième Intifada.

Les Arabes-Israéliens ont manifesté ce week-end

Samedi, un manifestant Arabe-Israélien de 22 ans a été abattu par la police dans un village proche de Nazareth. Une vidéo de surveillance montre le jeune homme se faire tirer dans le dos, semble-t-il sans sommation et à plusieurs reprises, alors qu'il essayait de prendre la fuite.

La communauté arabe d'Israël a organisé des manifestations dimanche. Après des heurts avec les forces de l'ordre, 24 manifestants arabes-israéliens, dont dix mineurs, ont été placés dimanche en garde à vue.

Les Arabes Israéliens, descendants des Palestiniens restés sur leur terre lors de la création d'Israël en 1948, étaient jusqu'alors restés à l'écart de la flambée de violences qui secouent chaque jour Jérusalem-Est et la Cisjordanie occupée.

Ces citoyens israéliens s'estiment de longue date victimes de discrimination de la part d'Israël alors qu'ils représentent 20% de la population.

Un conflit parti de l'Esplanade des Mosquées

Jusqu'à présent, les violences s'étaient centrées autour de l'Esplanade des Mosquées (Mont du Temple pour les juifs), à Jérusalem. Yehuda Glick, une figure de la droite ultranationaliste juive, avait été victime d'une tentative d'assassinat, et l'accès à l'esplanade avait été interdit par Israël.

La police israélienne a tué un jeune Palestinien, soupçonné d'avoir tiré sur Yehuda Glick. Depuis, les manifestations de protestation se multiplient, et quatre personnes ont trouvé la mort dans des attaques à la voiture bélier.

J.S avec AFP