BFMTV

Incendie du camps de Lesbos: la France est "prête à prendre sa part", selon Gabriel Attal

Le porte-parole du gouvernement a déclaré, ce mercredi, que la France était "prête à prendre sa part dans la solidarité", après l'énorme incendie survenu dans un camp de migrants grec.

"La France ne s'est jamais dérobée face à ses responsabilités" et "est comme toujours prête à prendre sa part dans la solidarité", a indiqué mercredi le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, après l'incendie qui a ravagé le camp grec de Lesbos où s'entassent plus de 12.000 migrants.

Gabriel Attal a qualifié de "drame humanitaire" la situation sur l'île méditerranéenne, en précisant que le secrétaire d'État français aux Affaires européennes, Clément Beaune, avait échangé avec son homologue grec et lui avait demandé d'"exprimer de manière claire les besoins qui sont aujourd'hui présentés par les autorités grecques".

Incendie dans un camp de 12.000 migrants

Des milliers de migrants se sont retrouvés mercredi sans abri après un énorme incendie qui a ravagé au petit matin Moria, le plus grand camp de réfugiés de Grèce, où ils s'entassaient. Le camp héberge près de 12.700 demandeurs d'asile, quatre fois sa capacité d'accueil.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a fait part mercredi de sa "profonde tristesse" face à l'incendie, alors que plus tôt dans la matinée, la commissaire européenne aux affaires intérieures Ylva Johansson avait annoncé que l'UE finançait le transfert et l'hébergement en Grèce continentale de quelque 400 enfants et adolescents du camp de Moria.

Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas, dont le pays assure la présidence semestrielle de l'UE, a pour sa part réclamé des pays de l'Union européenne qu'ils prennent en charge des migrants.

Jeanne Bulant avec AFP Journaliste BFMTV