BFMTV

Hollande prend « au sérieux » les menaces d'Aqmi contre la France

Capture de la vidéo mise en ligne mardi, montrant Abou Obeida Youssef Al-Annabi et des slogans islamistes (floutés par la rédaction)..

Capture de la vidéo mise en ligne mardi, montrant Abou Obeida Youssef Al-Annabi et des slogans islamistes (floutés par la rédaction).. - -

Dans une vidéo mis en ligne mardi, un chef d'Al-Qaïda au Maghreb islamique exhorte les musulmans à attaquer les intérêts français partout dans le monde, en réponse à l'intervention militaire au Mali. Des menaces prises « au sérieux » par François Hollande.

François Hollande a déclaré ce mardi prendre « au sérieux » les menaces d’Aqmi contre la France. Dans une vidéo mise en ligne ce mardi, un chef d’Al-Qaïda au Maghreb islamique appelle à attaquer « partout dans le monde » les intérêts français. Abou Obeida Youssef Al-Annabi entend dénoncer « la croisade menée par la France contre les musulmans » au Mali, et appelle « tous les musulmans dans le monde entier » à « attaquer les intérêts français ». Dans son message, il estime que les Français « sont devenus cibles légitimes depuis le premier jour de l'agression » contre les islamistes qui avaient pris le contrôle du nord du Mali.

« Protéger nos installations »

« La question de la menace qui est rappelée par Aqmi, nous la prenons au sérieux », a affirmé le chef de l'Etat lors d'une conférence de presse à l'Elysée. Il a souligné que malgré les pertes « considérables » infligées à cette organisation au Mali, « la menace terroriste n'a pas disparu ». C'est pourquoi il a estimé que « l'intervention au Mali » sera poursuivie « le temps nécessaire », « même s'il y a une réduction de notre présence ». Il faut, selon lui, « maintenir une vigilance autour du Mali pour continuer à lutter contre le terrorisme ». « Mais nous avons aussi à protéger nos installations, et c'est ce que j'ai donné comme instruction afin que nous puissions ne pas être victimes de je ne sais quelle opération d'Aqmi », a-t-il ajouté.

Philippe Gril avec agences et BFMTV