BFMTV

Un colis piégé adressé à l'ambassade de France à Athènes

-

- - -

ATHENES (Reuters) - La police grecque a fait sauter jeudi un colis piégé adressé à l'ambassade de France à Athènes, qui faisait visiblement partie...

ATHENES (Reuters) - La police grecque a fait sauter jeudi un colis piégé adressé à l'ambassade de France à Athènes, qui faisait visiblement partie d'un envoi groupé expédié il y a trois jours, rapportent les autorités.

Une vingtaine d'autres paquets suspects examinés par la police dans une entreprise de messagerie de la banlieue de la capitale se sont en revanche révélés inoffensifs.

Les autorités excluent la piste du terrorisme international et privilégient l'hypothèse d'une action de déstabilisation intérieure ourdie par l'extrême gauche.

Depuis lundi, une douzaine de paquets suspects visant des personnalités ou des chancelleries ont explosé ou ont été désamorcés à Athènes, sans faire de victimes.

Cette vague d'alertes a conduit le gouvernement grec à suspendre l'acheminement aérien de toutes ses lettres et colis vers l'étranger pendant 48 heures, jusqu'à ce jeudi soir minuit.

Les autorités ne prévoient pas de prolonger cette mesure, a déclaré un responsable du ministère des Transports. "Les vérifications seront terminées ce soir", a-t-il expliqué.

Mais un autre responsable a déclaré qu'une décision définitive serait prise après consultation avec la police.

Le premier colis piégé découvert lundi était adressé au président de la République française, Nicolas Sarkozy.

Le lendemain, un paquet expédié de Grèce et destiné à Angela Merkel a été intercepté à la chancellerie à Berlin et un autre adressé au président du Conseil italien, Silvio Berlusconi, a pris feu lors de son examen par la police à l'aéroport de Bologne. L'explosif y était dissimulé dans un gros livre, comme dans le colis destiné à l'ambassade de France.

La plupart des colis, repérés parce que l'adresse ne présente généralement pas assez de détails, prennent feu quand ils sont ouverts et ne contiennent pas suffisamment d'explosifs pour faire des victimes.

Ces actions pourraient être un moyen de protester contre le plan d'austérité draconien adopté par le gouvernement socialiste de George Papandréou, alors que les Grecs sont appelés aux urnes dimanche pour des élections locales.

"Tous les éléments montent qu'il s'agit à l'évidence d'une affaire intérieure, sans lien avec le terrorisme international", a dit le ministre des Affaires étrangères, Dimitris Droutsas. "Les informations récoltées jusqu'ici montrent que nous avons affaire à l'extrême gauche, à des groupes anarchistes."

Les groupes activistes d'extrême gauche sont implantés depuis des décennies en Grèce.

Deux jeunes militants d'une vingtaine d'années ont été arrêtés lundi. Ils ont accusés d'avoir adressé des colis piégés à Sarkozy, Europol et aux ambassades du Mexique et de Belgique.

Renee Maltezou et Angeliki Koutantou, Jean-Stéphane Brosse pour le service français, édité par Gilles Trequesser