BFMTV

Ukraine: une rencontre prévue en janvier avec Poutine, Porochenko, Hollande et Merkel

Le président Petro Porochenko pendant sa conférence de presse lundi.

Le président Petro Porochenko pendant sa conférence de presse lundi. - Capture Youtube.

Le président ukrainien Porochenko a annoncé une rencontre en janvier avec Vladimir Poutine, François Hollande et Angela Merkel. L'objet de la discussion sera évidemment le conflit dans l'est de l'Ukraine.

Le 15 janvier, quatre chefs d'Etat se retrouveront autour de l'Ukraine. Petro Porochenko a annoncé ce lundi une rencontre avec Vladimir Poutine, le président russe, François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel. Une discussion qui aura lieu à Astana au Kazakhstan. 

"Mon année diplomatique commence le 15 janvier avec une rencontre à Astana dans le format dit de Normandie", a déclaré le président ukrainien au cours de sa conférence de presse annuelle. L'été dernier, lors des célébrations du 70e anniversaire du débarquement en Normandie, les quatre dirigeants s'étaient retrouvés pour s'entretenir du conflit en Ukraine. Ils s'étaient rencontrés une nouvelle fois lors du sommet de Milan en octobre. Les quatre dirigeants se parlent régulièrement au téléphone pour tenter de trouver une résolution au conflit qui a fait 4.700 morts depuis le mois d'avril. 

"Les ministres des Affaires étrangères des pays du format de Normandie ont été chargés d'élaborer l'ordre du jour et les projets de décisions pour ce sommet", a poursuivi Petro Porochenko.

Echanges de prisonniers la semaine dernière

Cette annonce intervient après la libération de prisonniers vendredi. Kiev et les séparatistes pro-russes ont procédé à l'échange de 222 prisonniers rebelles et 150 Ukrainiens. Une décision prise après des négociations à Minsk.

Le président ukrainien s'est montré déterminé dans la résolution du conflit. "En 2015, nous devons transformer ce fragile cessez-le-feu en une paix solide. Nous devons rester notre souveraineté dans les régions non contrôlées", a-t-il indiqué. Dans le même temps, le président ukrainien annonçait la mort de trois soldats ukrainiens dans des combats à l'aéroport de Donetsk, ce lundi.

Les "occupants doivent s'en aller"

Petro Porochenko est resté ferme face à la Russie. Il a souligné que le conflit dans l'Est était "artificiel" et "apporté de l'extérieur par des agresseurs et des occupants qui doivent s'en aller". Il a mis en avant deux mesures qui permettraient selon lui de résoudre le conflit : "la fermeture des frontières" et "le retrait des troupes étrangères". Selon l'armée ukrainienne, jusqu'à 10.000 soldats russes se trouvent toujours dans l'est de l'Ukraine.

La Russie est accusée par Kiev et les pays occidentaux de fournir des armes aux rebelles séparatistes. Moscou dément toute implication dans ce conflit, y compris le déploiement de militaires sur le territoire ukrainien. Suite à un vote contesté, Vladmir Poutine a officialisé l'annexion de la Crimée à la Russie. Une déclaration jugée par les occidentaux comme une provocation. L'Union Européenne et les Etats unis ont pris plusieurs vagues de sanctions économiques contre la Russie.

dossier :

Angela Merkel

C. B avec AFP