BFMTV

Ukraine: revivez les événements du dimanche 13 avril

A Slaviansk, un séparatiste pro-russe se prépare à affronter les forces de police ukrainiennes.

A Slaviansk, un séparatiste pro-russe se prépare à affronter les forces de police ukrainiennes. - -

La tension ne semble pas prête de retomber dans l'est de l'Ukraine où des morts et des blessés ont été annoncés par Kiev. Dimanche matin, le ministre de l'Intérieur avait annoncé le lancement d'une "opération antiterroriste" à Slaviansk, en réponse à une série d'attaque des pro-russes, samedi.

Le gouvernement ukrainien pro-européen, confronté à des insurrections armées pro-russes faisant craindre l'éclatement du pays, a lancé dimanche une opération "antiterroriste" de reconquête à haut risque.

Une offensive dénoncée par le gouvernement pro-européen de Kiev comme une "agression" de la Russie. "Des unités de toutes les structures de force du pays participent. Que Dieu soit avec nous", écrit le ministre de l'Intérieur sur sa page Facebook.

Samedi soir Washington avait lancé un avertissement à Moscou, menaçant la Russie de nouvelles sanctions. Paris s'y est dit également favorable, dimanche matin.

>> Cet article live est désormais terminé, retrouvez la synthèse des événements de la journée

22h00 - "La Russie essaie d'agiter le chiffon de la guerre civile", analyse sur BFMTV Alexandra Goujon, spécialiste de la Russie et de l'Ukraine. Cette maître de conférence à l'université de Bourgogne et à l'Institut d'études politiques de Paris pense "que l'Ukraine attend que les occidentaux fassent suffisamment pression sur la Russie". Elle relativise également l'ampleur de la mobilisation à l'Est.

21h25 - Une réunion d'urgence du conseil de sécurité de l'ONU va se tenir, à New York, cette nuit, à 2 heures du matin (heure de Paris), à la demande de la Russie. Des négociations sont en cours concernant une éventuelle participation de l'Ukraine à la réunion, selon une source diplomatique. La réunion sera à huis clos.

20h35 - Les décideurs, pro-russes comme pro-européens, se contentent de faire des escarmouches, analyse Harold Hyman, journaliste et spécialiste de géopolitique pour BFMTV.

19h46 - Moscou veut une réunion "urgente" du Conseil de sécurité de l'ONU. La Russie veut une réunion "urgente" du Conseil de sécurité de l'ONU sur la crise dans l'Est de l'Ukraine, annonce le porte-parole de la diplomatie russe Alexandre Loukachevitch, selon des images diffusées par la télévision russe.

"La partie russe va porter la situation de crise dans le Sud-Est de l'Ukraine en urgence devant le Conseil de sécurité de l'ONU et auprès de l'OSCE", l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe.

19h43 - Moscou appelle Kiev à cesser "la guerre contre leur propre peuple". Le ministère russe des Affaires étrangères a appelé dimanche les autorités de Kiev à cesser "la guerre contre leur propre peuple", se disant indigné par les menaces du gouvernement de recourir à l'armée pour mettre fin aux troubles dans l'Est de l'Ukraine, selon les agences russes.

"Nous exigeons des hommes de main de Maïdan, qui ont renversé le président légitime d'Ukraine, de cesser immédiatement la guerre contre leur propre peuple", a déclaré le ministère, ajoutant que "l'ordre criminel du (président ukrainien par intérim Olexandre, ndlr) Tourtchinov de recourir à l'armée pour réprimer les protestations provoquait l'indignation".

17h55 - La Russie "mène une guerre contre l'Ukraine", selon le président ukrainien par interim. Olexandre Tourtchinov, a accusé dimanche la Russie de "mener une guerre contre l'Ukraine", dans une adresse à la nation au lendemain d'une série d'attaques de groupes armés pro-russes dans l'Est du pays.

"Le sang a été versé dans la guerre que la Russie mène contre l'Ukraine", a-t-il dit, ajoutant avoir lancé "une opération antiterroriste de grande envergure" pour mettre fin à ces troubles.

16h26 - Les attaques portent tous les "signes d'une implication de Moscou". C'est ce que pense l'ambassadrice américaine à l'ONU Samantha Power, menaçant la Russie de nouvelles sanctions si les attaques continuent. "Cela a tous les signes de ce que nous avons vu en Crimée, c'est professionnel, c'est coordonné. Rien de local là-dedans. Dans chacune des six ou sept villes où elles sont actives, ces forces font exactement la même chose. Donc sans aucun doute, cela porte les signes d'une implication de Moscou", affirme-t-elle sur la chaîne ABC.

15h40 - Les Russes veulent "créer une fédération rattachée à l'union eurasienne". "Les Russes veulent provoquer une fédération de toutes les régions de l'Est et du Sud de l'Ukraine, à peu près de 20 millions de personnes, coupant l'Ukraine de la Mer noire," explique Galia Ackerman, spécialiste du monde russe sur le plateau de BFMTV. Avec pour objectif, de rattacher cette fédération "non pas à la Russie, mais à l'union eurasienne", conclut-elle.

15h21 - L'UE somme la Russie de cesser ses tentatives de déstabilisation en Ukraine et Kiev de calmer le jeu. La représentante de la diplomatie européenne Catherine Ashton s'est déclarée "sérieusement préoccupée par les actions entreprises par des hommes armés et des groupes séparatistes dans diverses villes dans l'Est de l'Ukraine".

La représentante de la diplomatie de l'UE a dans le même temps invité les autorités ukrainiennes à continuer à montrer de la retenue dans les opérations entreprises pour rétablir leur autorité".

14h10 - Le ministre russe des Affaires étrangères va évoquer la situation en Ukraine lors de sa visite en Chine. Sergueï Lavrov va effectuer mardi une visite à Pékin, durant laquelle il va notamment évoquer la situation en Ukraine annonce la diplomatie russe.

"Dans son approche, la Chine a une position équilibrée et objective, manifestant une compréhension de l'ensemble des facteurs, y compris historiques, qui ont conduit aux nouvelles réalités dans la région", précise la diplomatie russe.

12h50 - l'Otan met en garde Moscou. Le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen a appelé dimanche la Russie a cesser ses actions de déstabilisation en Ukraine et à mis en garde contre toute ingérence militaire.

"Je suis extrêmement préoccupé par la nouvelle escalade des tensions et par les violences concertées dans l'Est de l'Ukraine", a-t-il déclaré dans un communiqué.

12h04 - Des barricades vue de l'intérieur. Les manifestants antigouvernementaux ont érigé des barricades dans le rues de Slaviansk. Compte Twitter de @GrahamWP_UK

VIDEO: Inside anti-govt protesters' barricades in Ukraine's #Slavyansk http://t.co/urSnW60PHK @GrahamWP_UK pic.twitter.com/JPcqAEKkoY
— RT (@RT_com) April 13, 2014

11h15 - "L'opération antiterroriste" fait des morts et des blessés. Lancée samedi par les forces du gouvernement pro-européen d'Ukraine contre des insurgés armés pro-russes, une opération dans l'est du pays a fait "des morts et des blessés des deux côtés", a annoncé le ministre de l'Intérieur.

"De notre côté, un officier du SBU (services de sécurité, a été tué)", écrit Arsen Avakov sur sa page Facebook, évoquant également cinq blessés chez les loyalistes. "Chez les séparatistes, un nombre non déterminé" de victimes, poursuit le ministre.

11h20 - Paris préconise de nouvelles sanctions. Paris préconisera "de nouvelles sanctions en cas d'escalade" militaire en Ukraine où les affrontements se durcissent entre pro-Russes et le gouvernement pro-européen de Kiev, a déclaré dimanche Jean-Marie Le Guen au nom du gouvernement français.

"Il est clair que nous serions amenés à nous prononcer pour de nouvelles sanctions en cas d'escalade militaire", il faut "un apaisement des deux côtés", a déclaré le secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement lors de l'émission "Le grand rendez-vous" (Europe 1, Le Monde, i>TELE).

David Namias et Caroline Piquet avec AFP