BFMTV

Ukraine: L'UE veut une enquête indépendante sur les violences d'Odessa

Des soldats ukrainiens attendent à l'entrée de Slaviansk.

Des soldats ukrainiens attendent à l'entrée de Slaviansk. - -

L'armée ukrainienne a poursuivi samedi l'opération "antiterroriste" menée dans l'Est. Les inspecteurs militaires de l'OSCE ont été libérés dans la matinée.

L'opération "antiterroriste" menée par l'armée ukrainienne dans les bastions rebelles de Slaviansk et Kramatorsk (dans l'Est) se poursuivait samedi matin. L'opération militaire pour la reprise du contrôle de Slaviansk et Kramatorsk avait été lancée vendredi à l'aube. Kramatorsk, est une ville de 160.000 habitants à 80 km au nord de Donetsk, la capitale régionale.

Par ailleurs, 42 personnes ont trouvé la mort vendredi dans un incendie criminel après de violents affrontements dans la Maison des Syndicats d'Odessa, dans le Sud du pays. Le sud de l'Ukraine avait jusqu'alors été épargné par l'insurrection armée pro-russe qui s'étend dans l'est du pays.

Une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU a de nouveau eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi. Cette treizième assemblée depuis le début de la crise n'a pas débouché sur de réelles avancées. Le discours des Etats-Unis s'est durci à l'égard de Moscou. Et les Européens et Américains brandissent à nouveau la menace de nouvelles sanctions.

Ce live est maintenant terminé. Retrouvez la synthèse des événements ici

19h30 - Le leader tatar interdit d'accès en Crimée, heurts entre ses partisans et policiers

Des heurts ont éclaté samedi entre des policiers anti-émeutes et plus de 2.000 Tatars alors qu'ils se rendaient à la ligne de démarcation avec l'Ukraine pour accueillir leur leader, interdit d'accès en Crimée rattachée en mars à la Russie.

17h20 - L'UE demande une enquête indépendante après les violences meurtrières d'Odessa

La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, demande la mise en place d'une enquête indépendante afin d'identifier les responsables des violences qui ont fait une quarantaine de morts vendredi à Odessa, port du sud de l'Ukraine, et appelle à la "retenue" pour ne pas que la situation se dégrade.

"Les faits qui ont mené à la perte tragique de tant de vies humaines doivent maintenant être établis par une enquête indépendante et les responsables de ces actes criminels doivent être traduits en justice", déclare Ashton dans un communiqué, tout en appelant à "ne pas exploiter cette tragédie pour attiser plus de haine, de divisions et de violence gratuite".

16h26 - John Kerry "satisfait" mais la Russie doit faire plus

Le Secrétaire d'Etat américain John Kerry s'est dit "satisfait" de la libération des observateurs de l'OSCE, mais la Russie doit faire plus, a-t-il ajouté. "Nous sommes évidemment très satisfaits que les [...] inspecteurs de l'OSCE aient été libérés aujourd'hui. C'est une avancée, mais il y en a d'autres qui doivent être franchies pour faire baisser la tension", a déclaré John Kerry à la presse à son arrivée à Kinshasa, ajoutant en avoir parlé avec son homologue russe, Sergueï Lavrov, dans l'après-midi.

15h48 - Recueillement à Odessa

Sur son compte twitter, le journaliste de la BBC Will Vermon poste la photo d'un recueillement qui se tient devant la Maison des Syndicats, à Odesse, où 42 pro-russes ont perdu la vie dans la nuit de vendredi à samedi dans un incendie criminel.

Shrine outside trade union building #Odessa pic.twitter.com/WRzP6dL4yS
— Will Vernon (@BBCWillVernon) May 3, 2014

15h28 - La Roumanie condamne les violences meurtrières d'Odessa

La Roumanie, qui partage une large frontière avec l'Ukraine, a condamné fermement samedi les violences qui ont fait une quarantaine de morts vendredi à Odessa. "Le ministère des Affaires étrangères exprime sa profonde désapprobation face aux violences qui ont eu lieu à Odessa et condamne fermement les actes qui ont fait de nombreuses victimes", selon un communiqué.

15h20 - Berlin soulagé après la libérations des observateurs de l'OSCE

Les ministres allemands des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, et de la Défense, Ursula von der Leyen, se sont dits "heureux et soulagés" après la libération des observateurs de l'OSCE détenus par des séparatistes pro-russes à Slaviansk, dans l'est de l'Ukraine.

15h00 - Le récit de la libération des observateurs de l'OSCE

Les douze militaires de l’OSCE retenus depuis plus d’une semaine à Slaviansk, dans l'Est de l'Ukraine, par des pro-russes ont été libérés samedi matin. Ils sont en bonne santé et devraient donner une conférence de presse en fin de journée samedi. Quatre allemands, un Danois, un Tchèque, un Polonais et leur quatre accompagnateurs ukrainniens avaient arrêtés il y a huit jours par des séparatistes pro-russes.

13h45 - Des images de Kramatorsk

De nombreux compte Twitter postent des photos de véhcules incendiés à Kramatork, comme celles prises par le journaliste Christopher Miller.

Shells of burned-out trolley buses here in #Kramatorsk pic.twitter.com/n9gfpckSZ4
— Christopher Miller (@ChristopherJM) 3 Mai 2014

13h40 - Kiev parle de "guerre"

De violents combats seraient en cours actuellement à Kramatorsk, selon le chef du centre antiterroriste ukrainien. "Il y a des tirs et des affrontements autour de Kramatorsk. Ce qui se passe dans la région de Donetsk et dans les régions de l'Est n'est pas un soulèvement passager, c'est une guerre", a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Kiev.

Vasil Kroutov n’a cependant pas donné de précision sur le déroulement de l’opération militaire dans son ensemble, pas plus que sur la nouvelle offensive lancée ce samedi matin.

13h15 - 42 morts à Odessa, selon un nouveau bilan

Les violences à Odessa vendredi ont fait 42 morts en marge d'un défilé en faveur de l'unité de l'Ukraine, selon un nouveau bilan de la police.

13h10 - Kiev dénonce une implication russe à Odessa

Les services de sécurité ukrainiens (SBU) ont dénoncé samedi une ingérence "extérieure" dans les violences meurtrières commises la veille à Odessa, selon eux "coordonnées par des groupes de sabotage depuis la Russie".

"Les provocations à Odessa se sont déroulées avec une ingérence extérieure et ont été financées par deux ex-hauts responsables" du régime de l'ancien président Viktor Ianoukovitch, un pro-russe renversé en février. Ces deux hommes "se cachent" en Russie, a indiqué le SBU dans un communiqué.

Selon les services ukrainiens, "des milices venues du territoire" de la Transdniestrie, république séparatiste pro-russe moldave situé non loin d'Odessa "ont pris part" aux violences, lesquelles "ont été coordonnées par des groupes de sabotage depuis la Russie".

12h55 - Un trajet chaotique pour les observateurs de l'OSCE

"Les otages libérés désormais récupérés par l'OSCE. Ils décrivent un trajet chaotique et dangereux depuis Slaviansk ce matin", tweete Quentin Baulier, envoyé spécial de BFMTV en Ukraine.

L'OSCE, qui a confirmé la libération, avait confirmé rapidement la libération de ses observateurs par un tweet, avant de le supprimer et de rester plus de deux heures sans communiquer.

Les otages libérés désormais récupérés par l'OSCE. Ils décrivent un trajet chaotique et dangereux depuis Slaviansk ce matin.
— Quentin Baulier (@baulier) 3 Mai 2014

12h00 - Berlin "consterné et choqué" par les morts d'Odessa

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, s'est dit samedi "consterné et choqué" par la quarantaine de personne tuées dans l'incendie volontaire d'un bâtiment à Odessa, port du sud de l'Ukraine, à son tour gagné par l'insurrection pro-russe.

11h55 - La France salue la libération des observateurs de l'OSCE

"Je salue la libération des observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, enlevés le 25 avril dans l’Est de l’Ukraine. La priorité doit maintenant aller à la désescalade de la violence sur le terrain, à la préparation de l'élection présidentielle du 25 mai prochain et à la réforme constitutionnelle. La France soutiendra activement ces objectifs", a déclare le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius.

11h30 - Les images de la libération des observateurs de l'OSCE

Les inspecteurs militaires de l'OSCE retenus depuis le 25 avril par les insurgés pro-russes à Slaviansk, bastion des rebelles dans l'Est de l'Ukraine, ont été libérés samedi.

"Nous sommes heureux d'être enfin sortis, et nous allons bien, compte tenu des circonstances", a déclaré l'un des observateurs libérés au journal allemand Bild, le Colonel Axel Schneider.

10h 40 - L'OSCE attendent visiblement ses otages

"Sur l'autoroute Donetsk / Slaviansk, des 4x4 de l'OSCE attendent visiblement les otages", tweete Quentin Baulier, envoté spécial de BFMTV en Ukraine.

Sur l'autoroute Donetsk / Slaviansk, des 4x4 de l'OSCE attendent visiblement les otages. pic.twitter.com/tuq2yYHhYN
— Quentin Baulier (@baulier) 3 Mai 2014

10h20 - Une élection serait "absurde", selon le Kremlin

L'élection présidentielle anticipée doit se tenir le 25 mai en Ukraine. Un scrutin qui, s'il se tient comme convenu, représenterait à lui seul un véritable revers pour Vladimir Poutine, qui a déjà déclaré qu'il ne reconnaîtra pas son résultat. Et le Kremin estime samedi qu'une élection serait "absurde" au vu des violences actuelles.

Selon le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, la Russie ne sait pas encore comment réagir à la crise en Ukraine, où la violence a atteint de nouveaux sommets vendredi. Moscou a "perdu" son influence sur les communautés russophones d'Ukraine, et n'est plus à même de les convaincre de "désarmer" face à la "menace directe pesant sur leur vie", a-t-il dit samedi.

10 heures - Les observateurs de l'OSCE sont libres

Les inspecteurs militaires de l'OSCE retenus depuis plus d'une semaine par les insurgés pro-russes à Slaviansk, bastion des rebelles dans l'Est de l'Ukraine, ont été libérés, annonce samedi l'émissaire russe Vladimir Loukine. "Toutes les 12 personnes figurant sur ma liste ont été libérées", déclare-t-il aux agences russes.

Des policiers gardent la maison des Syndicats d'Odessa.
Des policiers gardent la maison des Syndicats d'Odessa. © -

9h30 - La police veille à Odessa

Des policiers gardent la maison des Syndicats d'Odessa, samedi matin, au lendemain de l'attaque qui a fait 35 morts.

9h10 - Les médias repoussés à l'extérieur de Slaviansk

L'envoyé spécial de BFMTV en Ukraine, Guillaume Couderc, rapporte que les médias sont repoussés à l'extérieur de Slaviansk (dans l'Est), aux multiples barrages qui bloquent l'accès à la ville. Les bilans sont donc à prendre avec précaution. On évoque pour l'instant une dizaine de mots dont deux soldats ukrainiens. 2 hélicoptères ont également été abattus par les rebelles.

9 heures - "On redoute une intervention russe en Ukraine"

Historienne spécialiste de l'Ukraine, Irina Dmytrychyn, analyse pour BFMTV les évènements qui secouent l'Est de l'Ukraine. Elle estime que "la violence est montée d'un cran vendredi" et que si l'on ne peut parler de guerre civile, il d'agit d'une guerre "hybride, larvée".

"On peut redouter après les événements d'Odessa que la Russie invoque la nécessité de protéger une population russophone ou d'origine russe", selon cette maître de conférences à l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales et responsable de la section ukrainienne.

8h10 - Odessa "est choquée"

Edouard Gorodetsky, habitant d'Odessa (dans le Sud du pays), explique à BFMTV son sentiment au lendemain des violences qui ont secoué sa ville: "Nous avons l'impression ici que c'est fait comme une provocation pour valoriser la nécessité de l'intervention".

8h00 - "Nous ne nous arrêtons pas"

"La phase active de l'opération s'est poursuivie à l'aube, nous ne nous arrêtons pas", a écrit samedi matin le ministre ukrainien de l'Intérieur, Arsen Avakov, sur sa page Facebook. "Cette nuit, les forces participant à l'opération antiterroriste à Kramatorsk ont pris le contrôle de la tour de télévision qui était auparavant sous le contrôle des terroristes". "L'opération a été menée par les soldats de la Garde nationale et l'armée", a-t-il ajouté

|||L'essentiel:

● L'opération ukrainienne "anti-terroriste" se poursuit samedi dans l'Est

● 42 pro-russes sont morts vendredi dans un incendie criminel à Odessa

● Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni en urgence dans la nuit de vendredi à samedi

● Les 12 observateurs de l'OSCE retenus à Slaviansk ont été libérés samedi

K. L et M.G. avec AFP