BFMTV

Ukraine: plusieurs morts dans des affrontements à Odessa

Des forces spéciales ukrainiennes lors de l'assaut dans la ville de Slaviansk, dans l'est du pays, le 24 avril.

Des forces spéciales ukrainiennes lors de l'assaut dans la ville de Slaviansk, dans l'est du pays, le 24 avril. - -

Trente-cinq personnes ont péri vendredi à Odessa en marge d'affrontements inédits entre défenseurs de l'unité du pays et séparatistes pro-russes. Violences qui ont également fait quatre mort et quinze blessés.

Une offensive militaire menée vendredi par l'armée à Slaviansk, ville séparatiste pro-russe, a fait "beaucoup de morts et de blessés" du côté des rebelles et du côté ukrainien, a déclaré le président par intérim Olexandre Tourtchinov dans une adresse à la nation. Par ailleurs, des violences ont éclaté à Odessa lors d'une manifestation pro-Kiev, faisant également des morts et des blessés.

Alors que la Russie a demandé une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU, Washington et Berlin ont à nouveau menacé Moscou de nouvelles sanctions.

> Des affrontements sanglants à Odessa

Au moins quatre personnes sont mortes, et quinze blessées selon la police, à Odessa où la manifestation pro-Kiev, composée de quelque 1.500 personnes, en grande partie des supporteurs des clubs de football d'Odessa et de Kharkiv, avait été attaquée par des pro-russes casqués à coups de matraques, pierres et explosifs.

Par ailleurs, trente-et-une personnes ont péri dans l'incendie d'un immeuble à Odessa, à la suite des affrontements, a annoncé dans la soirée le ministère de l'Intérieur.

Le ministère a revu à la baisse son précédent bilan de 38 morts. Les victimes sont mortes des suites d'une intoxication à l'oxyde de carbone ou en sautant par la fenêtre

Plus tôt dans la journée, le Premier ministre russe Dmitri Medvedev avait sommé les autorités ukrainiennes de "mettre fin au meurtre de leurs propres citoyens" après l'assaut qui constitue selon lui "un signe d'impuissance criminelle [...] La responsabilité de la guerre contre son propre peuple revient à ceux qui prennent des décisions à Kiev".

> Deux soldats ukrainiens tués à Slaviansk

Près de Slaviansk, bastion des insurgés dans l'est du pays, ce sont deux soldats ukrainiens qui ont été tués au cours d'"intenses combats" avec des rebelles pro-russes, a annoncé dans la soirée le ministère de la Défense.

"Un groupe d'extrémistes armés a attaqué les militaires ukrainiens de la 95e brigade aéroportée (...) Des combats intenses se poursuivent. Deux soldats ukrainiens sont morts", a indiqué le ministère dans un communiqué.

> Obama et Merkel menacent la Russie

Barack Obama et la chancelière allemande Angela Merkel ont menacé vendredi la Russie de nouvelles sanctions qui viseraient directement certains secteurs économiques, en cas de dégradation de la situation en Ukraine.

Le président américain a mis en garde Moscou contre de nouvelles sanctions "sectorielles" si les élections en Ukraine du 25 mai venaient à être perturbées, lors d'une conférence de presse commune à la Maison Blanche avec Angela Merkel.

La chancelière allemande a prévenu de son côté que l'Europe était prête à lancer la "phase 3" des sanctions économiques contre la Russie, auxquelles sont cependant opposées plusieurs entreprises.

> Onze observateurs toujours détenus par les pro-russes

Les rebelles détiennent depuis une semaine une équipe de 11 observateurs de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), 7 étrangers et 4 Ukrainiens. Les négociations n'ont jusqu'ici rien donné et leur leader a assuré que l'assaut de ce vendredi "retardera" leur libération.

Slaviansk fait partie de la douzaine de villes de l'Est ukrainien sous contrôle des séparatistes pro-russes. Kiev accuse la Russie, qui a déjà mis la main en mars sur la Crimée, de téléguider les troubles, ce que dément Moscou.

|||L'ESSENTIEL

> L'armée ukrainienne a lancé une offensive militaire à Slaviansk, ville séparatiste pro-russe

> L'assaut a fait plusieurs morts et des blessés des deux côtés

> Affontements sanglants à Odessa

> Obama et Merkel menacent la Russie de sanctions plus sévères

A.L.M. avec AFP