BFMTV

Berne: le "Black Block" sème la pagaille à la techno parade

Des scènes de guérilla urbaines opposant police et manifestants ont eu lieu à Berne, lors d'une fête techno, dans la nuit de samedi à dimanche, et fait plusieurs blessés.

Des scènes de guérilla urbaines opposant police et manifestants ont eu lieu à Berne, lors d'une fête techno, dans la nuit de samedi à dimanche, et fait plusieurs blessés. - -

Des scènes de guérilla urbaines opposant police et manifestants ont eu lieu à Berne, lors d'une fête techno, dans la nuit de samedi à dimanche, et fait plusieurs blessés, causé d'importants dégâts et une soixantaine d'arrestations.

La police de Berne a arrêté 61 personnes impliquées dans les violences survenues dans la nuit de samedi à dimanche dans la capitale fédérale suisse, en marge d'une techno parade appelée "Tanz Dich Frei" (Libère-toi par la danse).

La techno parade, qui a réuni samedi soir environ 10.000 personnes, a dégénéré et quelque 21 membres des forces de l'ordre ont été blessés dans des heurts avec près de 70 casseurs, a indiqué la police dans un communiqué.

"Black Block"

Les heurts ont eu lieu lorsque le cortège des chars est arrivé sur la place Fédérale, le coeur de la ville de Berne où est situé le Palais fédéral, siège du gouvernement et du Parlement.

Après un face-à-face tendu entre la police anti-émeutes et des dizaines de militants d'extrême gauche, masqués et encagoulés de la mouvance "Black Block", un groupe a tenté de renverser des barrières dressées à la hâte pour protéger le Parlement helvétique.

Le mouvement du "Black Block" est constitué de jeunes anti-mondialistes qui manifestent souvent habillés de noir et masqués, contre les sommets du G8 ou du Forum de Davos. Depuis une quinzaine d'années, les militants du "Black Block" sont très présents en Suisse lors des manifestations du 1er mai à Zurich.

Champ de bataille

Samedi soir, la police a répondu aux attaques du "Black Block" avec des gaz lacrymogènes, et des tirs de balles en caoutchouc, ce qui a permis de disperser la foule.

Certains manifestants sont restés sur place, et ont envoyé des bouteilles et des fusées et des pétards sur les forces de l'ordre.

La fête avait pourtant bien commencé. Bravant la pluie et le froid, des milliers de jeunes avaient suivi le mot d'ordre lancé par Facebook et suivaient les chars équipés de haut-parleurs géants et diffusant de la musique techno.

Au moment des heurts, un groupe de militants encagoulés a lancé de la peinture rouge sur les bâtiments publics de la vieille ville, cassé des vitrines de magasins, avant de les piller. L'ambassade de Suède à Berne, située sur le parcours du cortège, a également été vandalisée.

Selon une première estimation, les dégâts représentent plusieurs centaines de milliers d'euros, et la jolie capitale suisse, connue pour ses arcades moyenâgeuses, ressemblait dimanche matin à un champ de bataille.