BFMTV

L'essentiel du WE: recueillement à Copenhague, des tombes profanées en Alsace

Recueillement devant la synagogue de Copenhague où a eu lieu la deuxième fusillade, dimanche 15 février.

Recueillement devant la synagogue de Copenhague où a eu lieu la deuxième fusillade, dimanche 15 février. - Odd Andersen - AFP

Tous les dimanches, la rédaction de BFMTV.com vous propose une séance de rattrapage des principales infos du week-end.

> Bas-Rhin: des centaines de tombes profanées dans un cimetière juif

Plusieurs centaines de tombes ont été profanées au cimetière juif de Sarre-Union, dans l'est de la France, a annoncé dimanche le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve en condamnant "avec la plus grande fermeté" cet "acte odieux". Le Premier ministre Manuel Valls a réagi peu après sur Twitter, dénonçant "un acte ignoble et antisémite, une insulte à la mémoire".

> Attentats à Copenhague: deux morts et cinq blessés

Deux fusillades ont visé, à une dizaine d'heures d'intervalle samedi à Copenhague, un centre culturel et une synagogue, faisant deux morts civils et cinq blessés parmi les policiers. Choqués, les habitants de la capitale danoise ont manifesté leur solidarité avec les victimes dimanche, en laissant notamment des fleurs et des bougies sur les lieux des attaques. L'auteur présumé des deux attaques, abattu par la police dimanche dans la nuit, aurait été identifié comme étant un Danois de 22 ans.

Le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve s'est rendu à Copenhague dimanche. "Nous sommes ensemble dans cette épreuve au côté de nos amis danois", a-t-il déclaré, accompagné de l'ambassadeur de la France au Danemark François Zimeray, présent lors de l'attaque du centre culturel Krudttønden. Peu après, François Hollande s'est rendu à l'ambassade du Danemark en France. "Les mêmes cibles" ont été frappées samedi au Danemark et lors des attentats de Paris en janvier, a déclaré le chef de l'Etat.

> Ukraine: entrée en vigueur du cessez-le-feu, des incidents

Le cessez-le-feu, entré en vigueur à minuit (samedi à 23 heures heure française) semble globalement respecté dimanche dans l'est de l'Ukraine. Mais plusieurs accrochages ont eu lieu dans l'Est. Deux civils ont été tués peu après minuit dans la région de Lougansk. Et les bombardements se poursuivent autour de la ville stratégique de Debaltseve, où sont stationnés plusieurs milliers de soldats ukrainiens menacés d'encerclement. De leur côté, le président français François Hollande, la chancelière allemande Angela Merkel, le président russe Vladimir Poutine et son homologue ukrainien Petro Porochenko, ont "constaté que le respect du cessez-le-feu était globlalement statisfaisant malgré des incidents locaux".

> Les députés votent la possibilité d'ouvrir les commerces 12 dimanches par an

Les députés ont fini de débattre, peu avant 6 heures dimanche matin, du projet de loi Macron. Samedi, ils ont donné leur feu vert à l'une de ses mesures les plus controversées, sur le travail dominical: ils ont adopté l'article 80 du texte qui prévoit que le nombre possible d'ouvertures dominicales des commerces passe de 5 à 12 par an, sur décision du maire jusque 5 et après avis de l'intercommunalité au-delà. L'Assemblée nationale votera sur l'ensemble du texte mardi, à l'issue de trois semaines de débats. Certains "frondeurs" PS menacent de voter contre.

> Christine and the Queens, "reine" de Victoires de la musique

Les modernes Christine & the Queens et Julien Doré d'un côté, les classiques Alain Souchon et Laurent Voulzy de l'autre: les 30e Victoires de la musique ont offert vendredi soir une photo de famille transgénérationnelle de la chanson française. Favorite avec cinq nominations, Christine & the Queens n'a finalement glané que deux Victoires mais n'a pas raté la plus belle, celle d'interprète féminine de l'année, en plus de celle du vidéo-clip.

> Rugby: le XV de France usé et désabusé en Irlande

Le XV de France a dépensé énormément d'énergie sans parvenir à renverser de son socle l'Irlande à Dublin (18-11) samedi dans le Tournoi des six nations, au terme d'un match accroché, parfois décousu et qui a encore exposé les lacunes des Bleus.

V.R. avec AFP