BFMTV

Procès Concordia: le commandant Schettino veut un accord à l'amiable

Le commandant Francesco Schettino à l'ouverture de son procès, le 17 juillet 2013.

Le commandant Francesco Schettino à l'ouverture de son procès, le 17 juillet 2013. - -

La défense a demandé une peine de 3 ans et 5 mois de prison pour le commandant Schettino, en échange d'une reconnaissance partielle de culpabilité dans le naufrage qui a fait 32 morts en janvier 2012.

Une requête qui passe mal chez les parties civiles. La défense de Francesco Schettino a demandé mercredi une nouvelle fois au tribunal de Grosseto, en Toscane, un accord à l'amiable pour le commandant du Costa Concordia, après un premier refus essuyé en mai dernier.

"Nous avons réitéré notre demande d'un accord à l'amiable. Nous ne nous attendons pas à une réponse immédiate" du tribunal, a déclaré Francesco Pepe, l'un des avocats de celui qui est considéré comme le principal responsable du naufrage qui a fait 32 morts en janvier 2012.

Un autre avocat, Domenico Pepe, a précisé que leur proposition portait sur une peine de 3 ans et 5 mois de prison pour Schettino en échange d'une reconnaissance partielle de culpabilité dans le naufrage.

Le parquet est contre

"Ils proposent des sentences qui n'ont rien de comparable avec leur énorme responsabilité", s'est insurgé Me Massimiliano Gabrielli, membre d'un groupe d'avocats baptisé "justice pour le Concordia", qui représente une centaine de passagers.

Le parquet de Grosseto s'est exprimé contre cet éventuel accord à l'amiable mais la parole finale revient au tribunal qui n'a aucune date limite pour prendre sa décision.

Objet de toutes les critiques, surnommé "l'homme le plus détesté d'Italie" ou "Capitaine couard", Schettino est poursuivi pour homicides multiples par imprudence, abandon de navire et dommages causés à l'environnement.

"Il n'a pas abandonné le navire. Si le commandant était resté dix minutes de plus sur le navire, il serait tombé à l'eau et n'aurait pas pu gérer l'évacuation", a assuré Donato Laino, l'un de ses avocats.

Peine négociée pour cinq autres prévenus

Cinq autres personnes mises en cause ont en revanche obtenu le feu vert du parquet pour une peine négociée avec le tribunal: le directeur de l'unité de crise du Costa, le timonier indonésien et trois autres membres d'équipage. La justice se prononcera à ce sujet samedi.

La jeune Moldave qui se trouvait sur pont au côté de Schettino au moment du naufrage, Domnica Cemortan, qui juge aussi que "le commandant n'est pas l'unique responsable", est citée comme témoin.

La compagnie a été condamnée en avril à verser une amende d'un million d'euros au terme d'une procédure négociée au cours de laquelle elle a reconnu sa responsabilité administrative, ce qui lui permet d'échapper à un procès au pénal.