BFMTV

Le président italien charge Carlo Cottarelli de former le gouvernement

Carlo Cottarelli arrivant à la présidence à Rome, le 28 mai 2018.

Carlo Cottarelli arrivant à la présidence à Rome, le 28 mai 2018. - Francesco AMMENDOLA / UFFICIO STAMPA PRESIDENZA DELLA REPUBBLICA / AFP

Après l'échec de la formation du gouvernement populiste, le président de la République italienne a chargé un ancien dirigeant du FMI de former un gouvernement technique en attendant de nouvelles élections.

Sergio Mattarella, le président de la République italienne, a confié ce lundi à Carlo Cottarelli la tâche de former un nouveau gouvernement, deux mois et demi après les élections générales. Le nouveau futur président du Conseil est un ancien dirigeant du FMI et devra former un gouvernement technique dans l'attente d'un nouveau scrutin.

"Le président Mattarella a reçu le docteur Cottarelli, auquel il a demandé de former un gouvernement", a annoncé devant la presse le secrétaire général de la présidence, Ugo Zampetti, à l'issue d'une entrevue entre les deux hommes. à la présidence ce lundi. 

Des élections au plus tard "début 2019"

Carlo Cottarelli a assuré lundi que des élections anticipées se dérouleront en Italie au plus tard "début 2019", mais sans doute à l'automne.

"Je me présenterai au Parlement avec un programme qui, si j'obtiens la confiance, incluera le vote du budget 2019. Ensuite, le Parlement sera dissous, avec des élections début 2019", mais sans la confiance les élections se dérouleront "après le mois d'août", a-t-il dit à la presse à l'issue de son entretien avec Sergio Mattarella.

A l'issue des élections législatives du mois de mars, c'est la coalition formée par les antisystèmes du Mouvement 5 Etoiles et la Ligue d'extrême droite qui l'avait emporté. Ses deux chefs de file, Luigi Di Maio et Matteo Salvini, avaient proposé Giuseppe Conte comme Premier ministre. Sergio Mattarella a accepté, mais il a en revanche mis son veto au nom qui était proposé au ministère de l'Economie, refusant de donner ce portefeuille à un eurosceptique. Giuseppe Conte a donc renoncé à devenir chef du gouvernement dimanche soir, rebattant toutes les cartes après des semaines de tractations. 

Charlie Vandekerkhove avec AFP