BFMTV

Une Irlandaise raconte son périple vers l'avortement en Grande-Bretagne

Avant une manifestation pro-choice à Belfast, en avril 2016 (photo d'illustration)

Avant une manifestation pro-choice à Belfast, en avril 2016 (photo d'illustration) - PAUL FAITH / AFP

Deux Irlandaises ont raconté sur Twitter leur voyage de Dublin à Manchester, pour pouvoir avorter. En Irlande, l'avortement est illégal et les peines encourues sont élevées.

En Irlande, l'avortement reste illégal. En juillet dernier, le Parlement a rejeté un projet de loi légalisant l'interruption volontaire de grossesse en cas de malformation du foetus. Pour pouvoir avorter, les Irlandaises doivent se rendre à l'étranger, plus généralement en Grande-Bretagne. L'une d'entre elle a raconté, sur Twitter, son voyage de l'autre côté de la mer d'Irlande.

La bio du compte @TwoWomenTravel décrit les auteurs et leurs intentions: "deux femmes, un avortement, 48 heures loin de la maison". The Irish Examiner précise que leur périple commence à Dublin. Leur but est de gagner Manchester (Angleterre). 

Chaque année, environ 4.000 Irlandaises se font avorter à l'étranger, selon Amnesty international. Même en cas de viol ou de malformation du foetus, l'IVG demeure interdite et sévèrement punie. Si un médecin pratique malgré tout un avortement, il encourt une amende de 4.000 euros. Les femmes qui avortent et les personnes qui leur viendraient en aide, risquent jusqu'à 14 ans de prison. 

La femme qui tient le compte Twitter interpelle systématiquement Enda Kenny, le Premier ministre irlandais, qui n'a formulé aucune réponse.

Le ministre de la Santé a en revanche répondu, les remerciant de "raconter la réalité vécue par de nombreuses femmes".

"Ces femmes choisissent l'avortement mais elles ne choisissent pas d'être humiliées dans le secret, la panique et la culpabilité que le voyage pour quitter leur pays inspire", concluent les deux femmes.

M.L.