BFMTV

Le gouvernement grec fait la chasse aux immigrés clandestins

BFMTV
C’était l’une des promesses de campagne. Le week-end dernier des milliers d’immigrés ont été arrêtés et un grand nombre d’entre eux expulsés du pays.

6.000 arrestations

Lundi, la une du quotidien grec conservateur Kathimerini a salué les évènements du week-end dernier en parlant de "premières preuves de mesures de sécurité dans le centre-ville". Entre samedi et dimanche, 6.000 personnes soupçonnées d’être entrées illégalement en Grèce ont été arrêtées dans la capitale.

Détourner les Grecs de la crise économique

Pour le mouvement anti-fasciste Keerfa, cette opération sert à masquer les vrais problèmes des Grecs : "le gouvernement joue la carte raciste pour une seule raison. Pour que le peuple grec ne prête plus attention à ce qu’il se passe vraiment dans leur porte-monnaie et dans leur vie de tous les jours et que l’immigré devienne le bouc émissaire pour tous les problèmes de la Grèce".

Une aubaine pour Aube dorée

Selon des estimations, 10% de la population grecque serait illégalement sur le territoire. Couplée à la crise de la zone euro, cette situation est devenue une aubaine pour les partis d’extrême droite. Et notamment Aube dorée, entrée pour la première fois au Parlement grec en juin, qui accuse le gouvernement d’être hypocrite.
Alors que l’ONU s’inquiète du sort des demandeurs d’asile, le ministre de l’Ordre public a déclaré que les opérations de ce type allaient continuer.