BFMTV

Crise en Grèce: 44% des Athéniens passent l'hiver sans chauffage

Athènes, le 28 novembre 2013.

Athènes, le 28 novembre 2013. - -

La société de distribution de gaz grecque annonce qu'une grande partie des immeubles chauffés au mazout ont dû se priver de chauffage cet hiver. Par chance, il a fait doux sur la capitale de la Grèce.

A Athènes, la capitale grecque, la crise n'en finit plus de sévir. Cet hiver, près de la moitié (44%) des immeubles de la ville équipés de chaudière centrale au fioul se passent de chauffage. La raison? le prix du combustible et la baisse du pouvoir d'achat.

Ce pourcentage est en hausse, mais déjà, l'année dernière, il était de 33%, selon le directeur de la société de gaz l'EPA en Attique, la région d'Athènes, Christos Balaskas, cité par l'agence de presse Ana.

A Athènes et sa banlieue, qui regroupent environ un tiers des onze millions de Grecs, les immeubles anciens sont souvent équipés de chauffage central au fioul et depuis le début de la crise de la dette qui a fait plonger le niveau de vie de la population, les copropriétaires sont toujours plus nombreux à renoncer à cette dépense.

Plus de chauffage au bois, plus polluant

L'hiver 2013-2014 est également particulièrement doux à Athènes avec des températures régulièrement supérieures à 15°.

L'alignement en 2012 de la taxation du fioul domestique sur celle de l'essence, dans le cadre de la cure de rigueur administrée au pays surendetté, a encore davantage grévé les dépenses de chauffage.

En revanche le bond enregistré par le chauffage au bois a fait augmenter la pollution atmosphérique devenue, lors des soirées les plus fraîches, respirable et visible sous la forme d'une brume flottant sur les principales villes du pays.

A. D. avec AFP