BFMTV

Effet de la crise en Espagne: les naissances chutent de 13%

Les Espagnols font de moins en moins d'enfants.

Les Espagnols font de moins en moins d'enfants. - -

Depuis le début de la crise, les Espagnols font de moins en moins d'enfants et la population vieillit. Les démographes s'inquiètent.

453.637 naissances en 2012 contre 519.779 naissances en 2008. Soit une baisse de 12,8% en quatre ans. Voici les chiffres publiés, lundi, par l'Institut national de statistiques (INE) en Espagne. Une conséquence de la crise économique qui touche durement le pays et d'un vieillissement de la population, les femmes fertiles (15-45 ans) étant chaque année moins nombreuses.

Mais la baisse de fécondité s'annonce durable, selon les experts espagnols. Chaque année, les femmes repoussent voire abandonnent leur projet de maternité. "Avoir un enfant est un projet d'avenir. Mais en ce moment, l'avenir n'est pas du tout encourageant", explique dans El Pais Margarita Delgado, démographe au Conseil supérieur d'enquêtes scientifiques.

De fait, le taux de fécondité espagnol, déjà l'un des plus bas d'Europe, est passé de 1,44 enfant par femme en 2008 à 1,32 en 2012, bien loin des 2,1 nécessaires au renouvellement de population et du taux de 2,8 enfants par femme qu'enregistrait l'Espagne en 1976.

Crise et politique familiale faible

Pour expliquer ces chiffres, les experts mettent en avant la crise, le chômage (qui avait atteint 27,6% en mars) mais aussi l'emploi féminin qui serait insuffisant en Espagne et les aides à la famille qui ne seraient pas assez importantes. Il faudrait développer les modes de garde, accorder plus de souplesse pour les parents en milieu professionnel. "Fonder une famille n'est pas seulement une satisfaction personnelle, c'est aussi un apport à la société qui doit être valorisé", estime Fernandez Cordon, démographe et économiste également interrogé par El Pais.

Côté mortalité, les chiffres montrent une augmentation du nombre de décès de 4,6% entre 2011 et 2012. "La plus grosse augmentation de la décennie", explique El Mundo.

Dernier motif d'inquiétude à la publication des données de l'INE, l'espérance de vie à la naissance a légèrement baissé. Elle est passée de 82,3 ans en 2011 à 82,2 ans en 2012. Mais il serait trop tôt pour tirer des conclusions de ces données. En 2003 déjà, l'espérance de vie avait connu une petite baisse "qui n'avait pas perduré les années suivantes", note le quotidien espagnol.