BFMTV

Cohn-Bendit : « L'Europe a besoin d’immigration »

BFMTV

Invité sur RMC, le député européen Daniel Cohn-Bendit milite pour une immagration positive en Europe.

Jean-Jacques Bourdin : Selon Nicolas Sarkozy, le principe d’une immigration choisie et concertée à caractère professionnel « doit conduire les Etats membres à renoncer à l’avenir aux régularisations générales », vous êtes d’accord ?
Daniel Cohn-Bendit : Non, parce qu’il y a quelque chose d’inhumain. Par exemple, vous avez aujourd’hui des tas de gens dont on dit qu’ils sont des illégaux ; ces gens sont rentrés en Europe avec des passeports de touristes, ou le plus souvent des étudiants qui ont fait leurs études et qui devraient quitter l’Europe mais qui ne l’ont pas fait. Ils ont un travail, ils sont illégaux dans le sens où ils n’ont pas quitté l’Europe, mais on fait comme s’ils avaient commis des crimes.

J-J B : En France, un étranger en situation irrégulière placé en centre de rétention n’y reste pas plus de 32 jours alors qu’ailleurs en Europe, on peut rester parfois indéfiniment ? La France est exemplaire ?
Si vous dites 32 jours et qu’au bout de cette durée vous ne savez pas comment ramener la personne chez elle, la personne est à nouveau à la rue. Le problème est qu’il faut accepter la vérité qui est que nous voulons que des gens viennent chez nous. Il faut réguler, faire des propositions pour que l’on ait une immigration positive et en même temps savoir qu’au bout de dix ans, il faudra remettre les pendules à l’heure. C’est le mouvement normal de sociétés d’immigration, c’est comme ça, il faut l’avouer, il faut le dire et ne pas mentir à nos sociétés.

J-J B : Ce n’est pas facile au niveau européen parce qu’il y a des pays qui ont besoin de main d’œuvre et d’autres qui en ont moins besoin ?
D C-B : Ce n’est pas vrai ; les Polonais par exemple ont des problèmes pour les championnats d’Europe dans 4 ans et pour construire leurs stades ils font venir un travail d’immigration ukrainien. Au bout de quelques années, vous n’avez pratiquement aucun pays, dès qu’il y a un minimum de développement, qui n’ont pas besoin d’une immigration. Il faut arrêter de se raconter des histoires, en majorité, l’espace social, l’espace économique européen a besoin d’immigration.