BFMTV

Aéroport de Bruxelles-Zaventem: les policiers se mettent en grève

Les policiers de l'aéroport dénonçaient des problèmes de sécurité avant même les attentats. La grève pourrait bien durer jusqu'au mois de juin.

Les policiers ont décidé de se mettre en grève pour dénoncer des manquements dans la sécurité à l'aéroport de Bruxelles-Zaventem, a-t-on appris ce jeudi. La grève pourrait durer deux mois car le préavis de grève, déposé le 18 mars, soit avant les attentats, court jusqu'au 1er juin prochain. L'aéroport, toujours fermé, devait rouvrir dans les jours qui viennent.

D'après la RTBF, la police de l'aéroport a décidé de l'activer "immédiatement". Des tractations ont eu lieu ce jeudi après-midi entre les représentants du gouvernement et les représentants syndicaux. Les policiers réclamaient des points de contrôle avant l'entrée des passagers dans le terminal et une zone de 100 mètres autour de l'aéroport où aucun véhicule ne serait accepté. Ces deux demandes ont été jugées irréalisables ce qui a conduit au déclenchement du mouvement de grève.

Une lettre ouverte

Ce jeudi matin, une centaine des 400 policiers de l'aéroport bruxellois ont dénoncé dans une lettre ouverte les problèmes de recrutement de l'aéroport et la présence de personnalités radicalisées parmi le personnel.

L'aéroport, dont le hall des départs a été dévasté par un double attentat-suicide le 22 mars, est "techniquement prêt" pour une reprise partielle du trafic voyageurs, mais aucun vol commercial n'est toutefois prévu avant samedi, a annoncé jeudi la société gestionnaire. Les autorités devront donc gérer ce problème social avant d'envisager une reprise normale du trafic aérien.

A. D. avec Fabien Crombé