BFMTV

Au Portugal, la protection civile revient sur ses déclarations et assure qu'aucun Canadair ne s'est écrasé

Des pompiers qui luttent contre le feu au Portugal le 20 juin 2017

Des pompiers qui luttent contre le feu au Portugal le 20 juin 2017 - Miguel Riopa-AFP

Ce mari soir, la Protection civile portugaise est revenue sur ses propres déclarations, assurant qu'aucun avion anti-incendies ne s'était écrasé. Sur les coups de 17h, le même organisme avait affirmé la perte d'un de ces modèles.

Aucun avion anti-incendie ne s'est écrasé ce mardi dans le centre du Portugal. La protection civile avait annoncé dans un premier temps la chute d'un appareil déployé pour lutter contre les feux de forêt gigantesques qui ravagent la région depuis samedi. Mais a ensuite rétropédalé en affirmant l'inverse.

Aucun avion "au service de la lutte contre les incendies" ne s'est écrasé mardi au Portugal, a déclaré dans la soirée le commandant régional de la protection civile Vitor Vaz Pinto, revenant ainsi sur une information donnée par son agence quelques heures auparavant.

Un porte-parole de la protection civile avait annoncé vers 17H00 (16H00 GMT) la chute d'un Canadair dans la région de Pedrogao Grande, près du village d'Ouzenda, où les pompiers luttent depuis samedi contre un gigantesque incendie qui a fait 64 morts. "Je suis en mesure d'affirmer qu'aucun avion affrété par l'autorité de la protection civile (...) ou en opération sur le territoire national n'est tombé", a déclaré le responsable lors d'une conférence de presse au poste de commandement d'Avelar (centre).

Des autorités possiblement induites en erreur par l'explosion d'une bouteille de gaz

Interrogé, il n'a pas écarté la possibilité de la chute d'un autre avion de type civil ou privé ne faisant pas partie des moyens de lutte anti-incendie. "Je ne confirme ni infirme qu'un avion civil soit tombé", a-t-il souligné.

Evoquant la possibilité de l'existence d'un autre événement qui aurait pu induire en erreur les autorités, il a évoqué la présence de bouteilles de gaz dans la zone concernée. "Il y avait sur place une roulotte abandonnée avec des bouteilles de gaz. Une bouteille de gaz aurait explosé, et c'est cette explosion qui aurait pu prêter à confusion", a-t-il expliqué. Onze avions de lutte anti-incendie ont été dépêchés depuis dimanche par l'Espagne (six), la France (trois) et l'Italie (deux). Le Portugal a affrété de son côté deux Canadair, selon le porte-parole.

Une centaine de foyers d'incendie

Après une amélioration dans la matinée, le feu est brusquement reparti en milieu de journée dans les zones situées au nord et à l'est de Pedrogao Grande. Le feu est le plus virulent près de la commune de Gois, au nord, où 27 hameaux ont été évacués. "Nous avons une situation grave, qui pourrait devenir gravissime", a déclaré la maire.

À l'est de Pedrogao Grande, 13 villages ont également été évacués. Environ 1200 pompiers et 400 véhicules sont mobilisés dans cette région pour lutter contre l'incendie dont le bilan s'élevait ce mardi à 64 morts et 157 blessés, dont sept graves. Dans l'ensemble du Portugal, plus de 2000 pompiers sont engagés sur une centaine de foyers d'incendie.

C.H.A. avec AFP