BFMTV

Un Britannique condamné pour avoir emmené sa fille à Disney World et lui avoir fait manquer l'école

Vue de Disneyland Paris, à Marne-la-Vallée, le 13 août 2015 (photo d'illustration)

Vue de Disneyland Paris, à Marne-la-Vallée, le 13 août 2015 (photo d'illustration) - Bertrand Guay - AFP

Un père de famille britannique a été reconnu coupable par la Cour suprême d'avoir fait manquer l'école à sa fille pour passer une semaine en Floride, à Disney World. Outre-Manche, la question de l'absentéisme scolaire fait débat.

Un père de famille britannique a été condamné par la Cour suprême pour avoir fait manquer l'école à sa fille. Il y a tout juste deux ans, Jon Platt, originaire de l'île de Wight, dans le sud de l'Angleterre, avait emmené sa fillette âgée de 6 ans en Floride, aux États-Unis. Le père de famille avait sciemment choisi la pleine période scolaire pour organiser ce séjour à Disney World, arguant que les tarifs étaient moins chers.

Une amende de 70 euros, portée à 140 euros

L'homme avait demandé l'autorisation à la direction de l'établissement scolaire de faire manquer l'école à sa fille, insistant sur le fait qu'elle avait été peu absente jusque là. Mais sa requête lui avait été refusée, rapporte The New York Times. Une amende de 70 euros, portée à 140 euros pour retard de paiement, lui avait été adressée par l'école.

Ce chef d'entreprise âgé de 46 ans avait refusé de payer et saisi la justice. Il avait ainsi remporté ses deux premières batailles judiciaires. Mais le conseil municipal avait décidé de porter l'affaire devant la cour suprême. La haute juridiction a ainsi annulé les deux précédentes décisions et a estimé début avril que "les absences non autorisées perturb(aient) non seulement la scolarité de l'enfant concerné, mais aussi le travail des autres élèves".

"Si un élève peut être retiré de l'école à la convenance des parents, alors les autres peuvent en faire autant. Tout système scolaire suppose le respect de règles. S'en abstraire est injuste envers les parents qui les respectent, quels que soient le prix ou les inconvénients pour eux", selon la vice-présidente de la Cour.

Deux ans de bataille et 14.000 euros

L'affaire a suscité un vif débat outre-Manche, de nombreux parents estimant que ce n'était pas à l'école de dicter leur agenda ni aux autorités locales d'imposer des décisions dans l'éducation de leurs enfants. Au Royaume-Uni, des sanctions pénales sont prévues si un parent empêche son enfant de fréquenter "régulièrement" - toute la polémique réside dans la définition de ce terme - l'école durant la période où la scolarité est obligatoire, entre 5 et 16 ans. Selon le Daily Mail, près de 20.000 parents ont été poursuivis par la justice britannique en 2015 pour cause d'absentéisme scolaire de leur enfant.

Comme le rapporte Le Monde, dans ce pays, "il était possible jusqu'à présent d'accorder jusqu'à deux semaines de vacances sur le temps scolaire aux élèves assidus". Par comparaison, en France, si un élève manque plus de 10 demi-journées d'école dans le mois, le procureur de la République peut être saisi.

"Toute absence non autorisée, même une minute de retard à l'école, est maintenant une infraction pénale", a réagi le père de famille après sa défaite. Son affaire doit retourner devant le tribunal, mais Jon Platt a assuré qu'il continuerait de plaider non coupable. Au total, cette bataille lui a coûté plus de 14.000 euros.

Céline Hussonnois-Alaya