BFMTV

Ecoutes téléphoniques: les Britanniques "pires" que les Américains selon Snodwen

Edward Snowden

Edward Snowden - -

Cité par le Guardian, l'ex-consultant, inculpé pour espionnage aux Etats-Unis pour avoir divulgué des programmes américains de surveillance des communications, a affirmé que le "Royaume-Uni joue un rôle majeur" dans l'écoute des communications mondiales.

Edward Snowden continue de faire trembler les services de renseignements. L'ex-consultant a fourni des documents au journal britannique The Guardian dévoilés ce samedi. Après les Américains, c'est au tour des Britanniques d'être présentés comme des leaders en matière de surveillance de communication. A l'origine des fuites sur des programmes américains, l'homme est toujours réfugié à Hong Kong après avoir été inculpé pour espionnage aux Etats-Unis.

"Le Royaume-Uni joue un rôle majeur", a déclaré Edward Snowden, cité samedi par le Guardian. "Ils sont pires que les Américains", ajoute-t-il même à propos du Quartier général des communications du gouvernement (GCHQ), service britannique des écoutes.

Accès à des câbles à fibres optiques

Les services britanniques de renseignement ont un accès à des câbles à fibres optiques qui en font un acteur majeur dans la surveillance des communications mondiales, selon des documents dévoilés par Edward Snowden au Guardian qui ont indigné les défenseurs des libertés individuelles.

Le GCHQ a quant à lui assuré respecter "scrupuleusement" la loi. "Nous ne faisons pas de commentaires sur les questions touchant au renseignement. Nos agences de renseignement continuent à agir en respectant un strict cadre légal", a déclaré une porte-parole de l'agence britannique, basée à Cheltenham.

Des "accords secrets"

Selon le journal britannique, GCHQ a obtenu un accès aux câbles transatlantiques à fibres optiques qui permettent le trafic internet et les appels téléphoniques, par des "accords secrets" avec des entreprises privées, et partage les données ainsi rassemblées avec l'Agence de sécurité nationale américaine (NSA).

Les données récupérées peuvent être stockées pendant une période allant jusqu'à 30 jours par l'agence britannique à des fins d'analyse, dans le cadre d'une opération portant le nom de code "Tempora", qui a commencé il y a 18 mois, rapporte le journal. Ces informations sont le début de nouvelles révélations, Edward Snowden ayant promis que "La vérité est en marche et ne pourra pas être arrêtée".

A LIRE AUSSI:

>> Edward Snowden inculpé pour vol et espionnage
>> Edward Snowden: "La vérité est en marche et ne pourra pas être arrêtée"

E. M. avec AFP