BFMTV

Crash A320: le copilote a caché qu'il était en arrêt maladie le jour du drame

Selon des dernières révélations de la presse, Andreas Lubitz avait connu par le passé un état dépressif sérieux.

Selon des dernières révélations de la presse, Andreas Lubitz avait connu par le passé un état dépressif sérieux. - The Times

Dernière révélation sur le parcours tourmenté d'Andreas Lubitz, celui-ci a caché à la compagnie aérienne Geramanwings qu'il était en arrêt de travail le jour du crash. Le copilote est soupçonné d'être à l'origine du drame de mardi qui a fait 150 victimes.

Le voile se lève peu à peu sur la part d'ombre d'Andreas Lubitz. Le copilote de l'Airbus A320 de Germanwings, soupçonné d'avoir volontairement provoqué le crash de l'appareil dans les Alpes françaises, a caché qu'il faisait l'objet d'un arrêt maladie le jour de l'accident, a annoncé vendredi le Parquet de Düsseldorf. Les enquêteurs ont retrouvé chez lui des formulaires d'"arrêts maladie détaillés, déchirés" et qui concernaient aussi "le jour des faits", a affirmé le Parquet dans un communiqué, sans préciser la nature de la "maladie" du jeune homme.

Aucune lettre d'adieu ou explication de son geste

Ces documents viennent "appuyer la thèse" selon laquelle Andreas Lubitz, 27 ans, "a caché sa maladie à son employeur (la compagnie aérienne Germanwings) et à son environnement professionnel", selon le parquet. Les documents retrouvés attestent d'une "maladie existante et de traitements médicaux correspondants", selon la même source. En revanche, aucune lettre d'adieux ou courrier annonçant un acte prémédité n'a été découvert.

Si cette dissimulation pose évidemment problème d'un point de vue éthique, l'ancien commandant de bord et consultant aéronautique Jean Serrat fait observer que "beaucoup de médicaments vont à l'inverse des qualités que l'on demande à un pilote". Deux logiques s'opposent, entre "la gestion médicale et la gestion technique effectuée par la compagnie". Tout dépend de qui va contrôler le pilote, explique-t-il en substance. "Soit il s'agit du médecin de la compagnie et la licence a de grandes chances d'être suspendue. Soit il s'agit d'un médecin personnel qui n'est peut-être pas au courant que son patient est pilote".

Des antécédents dépressifs

La presse allemande a révélé vendredi que le copilote, présenté comme sportif et "très compétent" par ses proches, avait souffert d'une grave dépression durant sa formation de pilote, il y a six ans. Il avait d'ailleurs interrompu son apprentissage "durant un certain temps", avait indiqué jeudi le patron de la Lufthansa (maison-mère de Germanwings), Carsten Spohr. Ce dernier avait précisé jeudi ne pas avoir le droit de révéler les raisons de cette interruption.

Des perquisitions ont été menées jeudi aux deux domiciles d'Andreas Lubitz, à Düsseldorf et à Montabaur, une petite ville entre Francfort et Düsseldorf, où il vivait une partie du temps chez ses parents.

L'Airbus A320 de Germanwings, qui devait relier Barcelone à Düsseldorf, s'est écrasé mardi dans les Alpes françaises, tuant 150 personnes, dont Andreas Lubitz.

D. N. et AFP