BFMTV

Acquitté pour le viol d’une ado de 13 ans au motif que son corps était "bien développé"

L'avocat de l'adolescente dit vouloir porter l'affaire devant la Cour Suprême suédoise (ici en photo), espérant créer un précédent pour le traitement de ce type de cas.

L'avocat de l'adolescente dit vouloir porter l'affaire devant la Cour Suprême suédoise (ici en photo), espérant créer un précédent pour le traitement de ce type de cas. - Capture Google Street View

Une cour suédoise a acquitté un homme de 27 ans pour le viol d’une adolescente de 13 ans, considérant qu’elle faisait plus que son âge.

Son viol n'a pas été reconnu, en raison de son anatomie. Un homme jugé en appel en Suède pour le viol d’une fille de 13 ans a été acquitté cette semaine, au motif que le corps de l’adolescente était "bien développé", autrement dit, que la jeune fille faisait plus que son âge, rapporte le site américain The Daily Beast.

Traces de sperme

Les faits se sont déroulés près de Stockholm, selon le site suédois The Local. La jeune fille, dont le nom n’a pas été révélé dans les médias, dit avoir été violée alors qu’elle fuyait la maison de sa famille adoptive. Elle a raconté qu’elle n’avait ni argent, ni téléphone portable, ni endroit où aller quand elle a parlé à un homme, près de chez lui. Celui-ci l’aurait ensuite invitée à boire un verre. L’accusé, qui a nié dans un premier temps qu’elle était venue chez lui, a fini par le reconnaître lorsque la police a retrouvé des traces de son sperme sur les sous-vêtements de l’adolescente.

En Suède, toute relation sexuelle avec un mineur de moins de 15 ans - l’âge de la majorité sexuelle dans le pays - est considéré comme un "viol d’enfant". Mais la législation indique également que l’accusé doit "savoir" ou avoir de "bonnes raisons de penser" que l’enfant n’a pas l’âge légal.

Corps "bien développé"

Comme en première instance, la cour d’appel - se basant sur des images vidéo, y compris celles de la plaignante interrogée par la police - a considéré qu’au vu du corps "bien développé" de la jeune fille, l’accusé ne pouvait pas se douter qu’elle n’avait pas l’âge légal pour avoir des relations sexuelles, explique The Local.

L’énoncé du jugement a provoqué la fureur des internautes jeudi sur les réseaux sociaux, indique The Local.

L’avocat de l’adolescente a dit à l’agence de presse suédoise TT News vouloir porter le cas devant la Cour Suprême du pays, espérant ainsi créer un précédent pour le traitement de ce type de cas. Mais l’experte en droit Madeleine Leijonhufvud, citée par TT News, estime qu’il y a peu de chances que la Haute cour revoie ce jugement. “La Cour Suprême est très restrictive quand il s’agit d’appliquer les clauses sur l’abus sexuel aux adolescents”, a-t-elle souligné, ajoutant que dans des cas similaires, les juges avaient souvent préféré des qualifications criminelles moins graves que celle de “viol d’enfant”.

V.R.