BFMTV

Espagne : « Certains paysans ont tout perdu »

Des pompiers près de Figueres en Espagne.

Des pompiers près de Figueres en Espagne. - -

L’incendie en Catalogne est en « phase de contrôle », il pourrait être maîtrisé à la fin de la semaine. Près de 1000 pompiers espagnols restent mobilisés. Dans certains villages, le feu a fait d’importants dégâts. Témoignages.

En Catalogne, l’incendie est sous contrôle. Un seul point chaud subsistait mardi soir près du lac Boadeya, dans le nord de la Catalogne. Après avoir fait 4 morts et détruit 14 000 hectares de végétations, les feux pourraient être éteints dans la semaine. La vigilance reste de mise et 1000 pompiers espagnols et 450 français restaient mobilisés mardi soir.

« Le feu est arrivé jusqu’à la maison »

Mais le sinistre a laissé des traces. A Llers, une commune située à proximité de Figueres, les habitants évaluent les dégâts. « Le feu est arrivé jusqu’à la maison, raconte Merce Valmajo, secrétaire à la mairie. Avant, je ne voyais pas cette maison, maintenant il n’y a plus d’arbres. Il y a beaucoup de gens qui ont perdu beaucoup de choses. Il y a quelques paysans qui ont tout perdu. »

« C’est une catastrophe pour tout le monde, on va payer très cher »

Manuel, agriculteur, est retourné dans les champs pour voir ses oliviers. « Dans les champs où il y avait 100 oliviers, il n'en reste que 20 ou 30. Tout a brûlé. Le feu est arrivé aux portes des maisons. En 2012, ça semble impossible qu’on puisse en arriver là. Pourtant c’est arrivé, s’indigne-t-il. Nous ne comprenons pas comment un petit feu parti du Perthus a pu arriver jusque-là. Si un camion de pompiers y était allé tout de suite, le feu ne serait jamais arrivé là. Ce qui est arrivé, c’est une catastrophe pour tout le monde, on va payer très cher. »

La sécheresse, le vent... et la crise ?

Une catastrophe qui ne serait pas seulement due à la sécheresse et au vent, mais aussi à la crise. Les investissements dans le matériel de prévention et d'intervention ont été sérieusement rabotés. Ils sont passés de 15 millions d'euros en 2011, à un peu plus 11 millions d'euros cette année. Cette baisse importante des moyens était au centre des préoccupations des pompiers lors des manifestations contre le pouvoir de Madrid dans le cadre du plan de rigueur. Les pompiers dénonçaient aussi la baisse des effectifs et la volonté affichée de privatiser le métier. Aujourd'hui, des syndicats pointent du doigt cette politique. Greenpeace-Espagne parle même d'un abandon de la forêt par l'Homme.