BFMTV

Enquête sur la mort de Yasser Arafat: non-lieu confirmé en appel

Le Français Francis Szpiner est un des avocats de la veuve de Yasser Arafat. (Photo d'illustration)

Le Français Francis Szpiner est un des avocats de la veuve de Yasser Arafat. (Photo d'illustration) - MARTIN BUREAU / AFP

La justice a confirmé ce vendredi le non-lieu prononcé par les magistrats français chargés de l'enquête pour "assassinat", ouverte après la mort de Yasser Arafat il y a 12 ans.

Considérant la possibilité d'un assassinat concernant la mort de Yasser Arafat, en 2004, "le non-lieu est confirmé du fait du rejet des demandes de supplément d'information", a indiqué une source judiciaire. Convaincus que la justice a refermé trop vite le dossier alors que "personne n'est aujourd'hui capable d'expliquer la mort de Yasser Arafat", Francis Szpiner et Renaud Semerdjian, avocats de Souha Arafat, veuve de l’homme politique, avaient fait appel du non-lieu en septembre 2015.

"Pas de preuve suffisante" d’assassinat

Devant l’incapacité d’expliquer le décès de Yasser Arafat, Francis Szpiner et Renaud Semerdjian, conseils de la veuve de l’ancien président de l’Autorité palestinienne, avaient demandé l'annulation d'une expertise-clé pour l'enquête. Mais la cour d'appel de Versailles a refusé d'annuler cette expertise. Sa décision, conforme aux réquisitions du parquet général, peut encore faire l'objet de recours. Dans leur ordonnance de non-lieu, les trois juges avaient estimé "qu'à l'issue des investigations (...), il n'est pas démontré que M. Yasser Arafat ait été assassiné par empoisonnement au polonium 210, et il n'existe pas de preuve suffisante de l'intervention d'un tiers qui aurait pu attenter à (sa) vie", avait dit en septembre le procureur de Nanterre. Aucune mise en examen n'a été prononcée dans cette affaire.

A.M avec AFP