BFMTV

Des tombes musulmans et chrétiennes profanées à Jaffa en Israël

Un homme devant une sépulture couverte de graffitis à Jaffa. Des dizaines de pierres tombales d'un cimetière musulman et chrétien ont été profanées par des inconnus dans cette ville d'Israël, samedi, jour du Yom Kippour (Grand pardon). /Photo prise le 8 o

Un homme devant une sépulture couverte de graffitis à Jaffa. Des dizaines de pierres tombales d'un cimetière musulman et chrétien ont été profanées par des inconnus dans cette ville d'Israël, samedi, jour du Yom Kippour (Grand pardon). /Photo prise le 8 o - -

JERUSALEM (Reuters) - Des dizaines de pierres tombales d'un cimetière musulman et chrétien ont été profanées par des inconnus à Jaffa en Israël,...

JERUSALEM (Reuters) - Des dizaines de pierres tombales d'un cimetière musulman et chrétien ont été profanées par des inconnus à Jaffa en Israël, samedi, jour du Yom Kippour (Grand pardon), a rapporté un site internet israélien.

Sur des photos diffusées par le site internet www.nana10.co.il, on peut lire l'inscription "Mort aux Arabes" badigeonnée en hébreu sur une sépulture.

Une autre photo montre une pierre tombale brisée. L'authenticité des clichés n'a pu être vérifiée de source indépendante, étant donné les restrictions sur les déplacements liées au Yom Kippour.

Jaffa, qui correspond à la partie ancienne de Tel Aviv, est peuplé à la fois de juifs et de musulmans.

Le porte-parole de la police israélienne, Micky Rosenfeld, a également fait état du jet d'un engin incendiaire sur le toit d'une synagogue de la région de Jaffa, qui n'a fait ni victime, ni dégâts. Une enquête a été ouverte et des patrouilles de police ont été renforcées.

Le chef de l'Etat, le président Shimon Pérès, a condamné ces actes de vandalisme. "La profanation de sépultures est un acte interdit et criminel qui souille notre honneur et est contraire aux valeurs morales de la société israélienne", a-t-il dit.

Lundi, une mosquée d'un village bédouin du nord d'Israël a été incendiée et des graffitis ont été inscrits sur ses murs, un acte que Les autorités israéliennes ont imputé à des colons juifs extrémistes.

Ori Lewis, Eric Faye et Jean-Loup Fiévet pour le service français