BFMTV

Coronavirus: plusieurs pays interdisent l'entrée des non-résidents arrivant de Chine

BFMTV
L'Australie, les États-Unis et plusieurs pays asiatiques ont pris des mesures pour interdire l'entrée sur leur territoire à tous les non-résidents arrivant de Chine.

Après les premiers rapatriements depuis Wuhan, foyer de l'épidémie, plusieurs pays ont décidé de fermer leurs frontières aux voyageurs en provenance de Chine, inquiets du risque de propagation du Coronavirus.

  • Australie

L'Australie a décidé d'interdire à partir de samedi l'entrée sur son territoire à tous les non-résidents arrivant de Chine. "Seuls les citoyens australiens, les résidents australiens, les détenteurs d'une garde légale et les épouses" seront autorisés à entrer dans le pays à partir de la Chine, a annoncé le Premier ministre australien Scott Morrison.

"Il sera exigé des personnes de retour qu'elles observent une période de quarantaine de 14 jours", a-t-il ajouté.

Les non-résidents qui refuseront de repartir d'où ils viennent "seront soumis à une quarantaine obligatoire".

  • États-Unis

À partir de dimanche à 22 heures, les États-Unis vont interdire l'entrée sur le territoire des non-Américains s'étant rendus en Chine dans les 14 derniers jours, a décrété le ministre de la Santé Alex Azar. Pour les ressortissants américains, une quarantaine allant jusqu'à 14 jours sera imposée à ceux qui se sont rendus dans la province du Hubei dans les deux semaines précédentes.

  • Vietnam, Singapour et Mongolie

En Asie, le Vietnam a annoncé la suspension des visas de tourisme pour tous les Chinois et les étrangers ayant séjourné en Chine durant les deux dernières semaines. Singapour et la Mongolie ont aussi suspendu l'entrée de l'ensemble des voyageurs en provenance du territoire chinois.

  • Des mesures "excessives", dénonce Pékin

Les mesures de précaution internationales s'intensifient un peu partout dans le monde. L'Italie et Israël ont notamment annoncé suspendre tous les vols en provenance de Chine, et plus d'une quinzaine de compagnies aériennes, dont Air France, British Airways et Lufthansa, ont déjà interrompu leurs vols vers le pays. Pékin a critiqué ces mesures qui isolent le pays.

"Il n'est pas nécessaire de paniquer inutilement, ni de prendre des mesures excessives", a estimé l'ambassadeur de Chine à Genève, Xu Chen, déclarant que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) faisait "pleinement confiance à la Chine".

Au total, le bilan de l'épidémie de pneumonie virale en Chine est passé à 259 morts, et le nombre des personnes infectées est proche de 12.000, ont annoncé samedi les autorités sanitaires chinoises.

E.P avec AFP