BFMTV

Californie: les animaleries ne peuvent plus vendre d'animaux domestiques provenant d'élevages

L'Etat de Californie est le premier à adopter une telle législation.

L'Etat de Californie est le premier à adopter une telle législation. - Riswan Tabassum - AFP

L’année 2019 commence par une bonne résolution dans l’Etat de Californie. Depuis le 1er janvier, le Pet rescue and adoption act impose aux animaleries de ne vendre que des animaux secourus par des refuges ou des organisations à but non lucratif.

Un pas de plus en faveur du bien-être des animaux. La Californie est le premier Etat à avoir interdit aux animaleries de vendre des chiens, des chats et des lapins provenant d’élevages, rapporte le média américain CNN. Une nouvelle réglementation issue du Pet rescue and adoption act, validée en octobre 2017 par le gouverneur californien, Jerry Brown.

500 dollars d'amende

Depuis le 1er janvier 2019, ces commerces ne peuvent vendre que des animaux issus de refuges ou d’organisations à but non lucratif, avec preuve à l’appui: ils doivent justifier de l'origine de l'animal, sous peine d'une amende de 500 dollars (soit 440 euros) par bête.

"Chaque animalerie doit afficher [...] dans un endroit bien en vue sur la cage ou de l’enclos de chaque animal, un panneau indiquant le nom du refuge auprès duquel chaque chien, chat ou lapin a été obtenu", précise la loi.

"Fabriques à chiots" et "usines à chatons"

Une "grande victoire" pour les associations qui voient là la fin des "fabriques à chiots" et des "usines à chatons". Une bonne nouvelle également pour les contribuables qui payent chaque année plus de 250 millions de dollars de taxes (environ 214 millions d'euros) pour financer l’accueil et l’euthanasie des animaux abandonnés.

Reste que cette nouvelle règle ne s’applique qu’aux professionnels. Les particuliers sont toujours autorisés à acheter des animaux dans des élevages privés.

Ambre Lepoivre