BFMTV

Baisse des exécutions en 2010, selon Amnesty International

527 personnes ont été exécutées dans le monde en 2010, contre 714 l'année précédente selon Amnesty International

527 personnes ont été exécutées dans le monde en 2010, contre 714 l'année précédente selon Amnesty International - -

LONDRES (Reuters) - Au moins 527 personnes ont été exécutées dans le monde en 2010, contre 714 l'année précédente, mais la Chine est soupçonnée d'en avoir mis à mort plusieurs milliers, rapporte Amnesty International.

LONDRES (Reuters) - Au moins 527 personnes ont été exécutées dans le monde en 2010, contre 714 l'année précédente, mais la Chine est soupçonnée d'en avoir mis à mort plusieurs milliers, rapporte Amnesty International.

Le total d'Amnesty, publié lundi dans son rapport annuel sur la peine de mort, dont l'organisation non gouvernementale réclame l'abolition, ne comprend pas les chiffres de la Chine, qui considère qu'il s'agit d'un secret d'Etat.

Le gouvernement chinois exécuterait à lui seul davantage de personnes que le reste du monde.

Au moins 23 pays ont fait usage de la peine capitale en 2010, soit quatre de plus qu'en 2009, dit Amnesty International.

"Nombre de pays continuent de prononcer des peines de mort pour des affaires de drogue, des crimes économiques, des relations sexuelles entre adultes consentants et le blasphème", relève le secrétaire général d'Amnesty, Salil Shetty, dans un communiqué.

Selon le droit international humanitaire, la peine de mort n'est tolérée que pour les crimes les plus graves.

Pékin a enlevé 13 délits non-violents de la liste des crimes passibles de la peine de mort mais il en reste 55, ont rapporté des médias chinois le mois dernier.

LA BIÉLORUSSIE SEULE EN EUROPE

Sur les 527 exécutions recensées en 2010, 252 ont été pratiquées en Iran, 60 en Corée du Nord, 53 au Yémen, 46 aux Etats-Unis, 27 en Arabie saoudite, 18 en Libye et 17 en Syrie, dit Amnesty.

Pour tous ces pays sauf les Etats-Unis, il s'agit d'un minimum car seuls quelques pays ont publié des chiffres officiels.

Les condamnés à mort ont été pour la plupart décapités, électrocutés, pendus, fusillés ou ont subi une injection létale.

Au moins 2.024 peines de mort ont été prononcées dans 67 pays en 2010 et au moins 17.833 personnes étaient toujours sous le coup de cette condamnation dans le monde à la fin de l'année, selon l'organisation.

Au Pakistan, où le Premier ministre Youssouf Raza Gilani a annoncé en 2008 que toutes les peines de mort seraient commuées en prison à perpétuité, 365 personnes ont été condamnées à mort et quelque 8.000 prisonniers sont encore menacés par une exécution.

Ils sont plus de 3.200 dans ce cas aux Etats-Unis.

En Europe et dans l'ex-Union soviétique, seule la Biélorussie a procédé à des exécutions, de deux condamnés. Il n'y en avait pas eu en 2009 dans toute la région, pour la première fois depuis qu'Amnesty International a commencé à les recenser.

L'organisation estime que la tendance dans le monde est à l'abolition de la peine de mort. Depuis 2001, le nombre de pays ayant adopté l'abolition, dans les textes ou dans la pratique, est passé de 108 à 139.

L'année dernière, le Gabon a supprimé la peine de mort de son arsenal juridique. Le Liban, le Mali, la Mongolie et la Corée du Sud étudient la possibilité de faire de même.

Adrian Croft, Clément Guillou pour le service français, édité par Gilles Trequesser