BFMTV

Trump affirme "se sentir bien" sur Twitter, au milieu des doutes sur son état de santé

Les médecins de Donald Trump ont affiché la plus grande sérénité sur l'état de santé du président des Etats-Unis face à la presse, mais une source anonyme a cependant semé le doute dans la foulée.

L'état de santé réel de Donald Trump, entre les murs de la chambre d'hôpital où il est traité en raison de sa contamination par le coronavirus, est actuellement le secret le plus traqué d'Amérique du Nord. Tandis que la situation sanitaire du chef d'Etat suscite le débat aux Etats-Unis ce samedi, ce dernier a toutefois dégainé sur Twitter. Le compte de Donald Trump y a salué le travail "incroyable" des soignants et l'homme politique a déclaré se "sentir bien".

"Les docteurs, les infirmières et tout le personnel du FORMIDABLE Walter Reed Medical Center, et ceux qui les ont rejoints en provenance d'autres institutions incroyables, sont GENIAUX !!! Des progrès énormes ont été fait ces six derniers mois dans le combat contre cette PESTE. Avec leur aide, je me sens bien!", peut-on lire sur son compte.

Plus tôt dans la journée, l'escouade de médecins soignant le président des Etats-Unis, piloté par Sean Conley, praticien attitré de Donald Trump, s'était présentée à la presse, affichant le plus grand optimisme. "Le président va très bien. Hier, j ai recommandé d’hospitaliser le président, une mesure préventive afin d’offrir un suivi de pointe. Durant les premières heures, on voit si la maladie est grave et nous sommes très heureux de ses progrès aujourd’hui. (...) Tous ses symptômes s’améliorent", avait alors posé Sean Conley.

Sérénité fissurée

Cette sérénité générale s'est lézardée aussitôt, quand, interrogés par la presse, les médecins ont refusé de dire si le dirigeant avait dû recevoir une supplémentation en oxygène à un moment donné, se bornant à signaler qu'il n'avait actuellement besoin d'aucune assistance, avant de se fissurer nettement quand une source anonyme (plus tard identifiée par le New York Times en tant que Mark Meadows, chef de cabinet de Donald Trump) a glissé quelques confidences aux journalistes accrédités à la Maison Blanche. Décrite comme connaissant la situation du patron de l'exécutif américain, celle-ci a déclaré:

"Les signes vitaux du président ces dernières 24 heures ont été très inquiétants, et les 48 prochaines heures seront critiques en termes de soins. Nous n'avons toujours pas emprunté une voie claire vers le rétablissement."

Mais aux Etats-Unis, à trente jours de la présidentielle qui doit l'opposer au candidat démocrate Joe Biden, c'est plutôt la fébrilité qui règne désormais, le tweet de Donald Trump a donc tenté de rétablir la confiance.

Robin Verner
Robin Verner Journaliste BFMTV