BFMTV

Trump "va bien", ses "symptômes s'améliorent", annonce l'équipe médicale du président américain

L'équipe médicale qui veille Donald Trump, contaminé par le coronavirus, a procédé à un point-presse ce samedi. Elle est apparue très rassurante, soulignant que le président des Etats-Unis ne se trouvait pas sous assistance respiratoire. Des doutes n'ont toutefois pas tardé à émerger aux Etats-Unis.

Ce samedi, l'équipe médicale qui veille le président des Etats-Unis, positif au Covid-19, depuis ces dernières heures, est intervenue face à la presse pour la tenir informée de la santé de Donald Trump.

Aucun problème respiratoire

Le médecin personnel de Donald Trump Sean Conley a commencé: "Le président va très bien. Hier, j ai recommandé d’hospitaliser le président, une mesure préventive afin d’offrir un suivi de pointe. Durant les premières heures, on voit si la maladie est grave et nous sommes très heureux de ses progrès aujourd’hui." "Tous ses symptômes s’améliorent", a-t-il poursuivi.

Un second médecin est intervenu notant que le président ne présentait aucun "signe de complication" liée à son traitement. Donald s'est dit prêt à "quitter l'hôpital" dès ce samedi, mais les soignants ont refusé de s'engager sur une date. Ils ont en revanche assuré qu'il ne souffrait pas de "problème respiratoire".

Un traitement expérimental

Sean Conley s'est fait plus précis quant aux symptômes qui avaient amené les praticiens à l'hospitaliser: "Il avait une toux et de la fièvre". Ce sont ces manifestations de la maladie qui ont commencé à s'estomper selon les huit médecins composant son staff sanitaire.

Donald Trump reçoit actuellement un traitement expérimental, décrit comme très prometteur. Il consiste en une série d'injections intraveineuses d'anticorps de synthèse. Ceux-ci lui administrent également un antiviral désormais bien connu, le remdesivir. Les médecins ont indiqué qu'ils entendaient maintenir ces traitements.

Les signes vitaux du président "ont été très inquiétants" selon une source

Malgré la sérénité apparente des médecins face à la presse, des doutes émergent aux Etats-Unis quant à la réalité des affirmations des soignants. Une source ayant connaissance de l'état de santé du président des Etats-Unis a affirmé à l'AFP: "Les signes vitaux du président ces dernières 24 heures ont été très inquiétants, et les 48 prochaines heures seront critiques en termes de soins. Nous n'avons toujours pas emprunté une voie claire vers le rétablissement". D'après le New York Times, cette source, qui s'était exprimée sous couvert d'anonymat, n'était autre que Mark Meadows, chef de cabinet du président américain.

La prise de parole de Sean Conley a soulevé d'autres doutes encore. Le médecin a déclaré lors du point-presse d'un diagnostic de contamination établi 72h en arrière, en amont, donc, de la position officielle évoquant un test positif dans la nuit de jeudi à vendredi. La Maison Blanche est intervenue plus tard afin de rectifier les propos du praticien rétorquant qu'il s'était trompé dans la date.

Robin Verner
Robin Verner Journaliste BFMTV