BFMTV

Russie: perpétuité pour le meurtre d'Anna Politkovskaïa

Roustam Makhmoudov a été reconnu coupable d'avoir tiré sur la journaliste d'opposition à l'entrée de son immeuble.

Roustam Makhmoudov a été reconnu coupable d'avoir tiré sur la journaliste d'opposition à l'entrée de son immeuble. - -

Le meurtrier et l'organisateur du meurtre de la journaliste Anna Politkovskaïa, tuée en 2006, ont été condamnés à la prison à perpétuité et trois complices à des peines allant de 12 à 20 de prison.

L'organisateur et l'exécutant du meurtre de la journaliste russe Anna Politkovskaïa, tuée en 2006, ont été condamnés à la prison à perpétuité lundi par un tribunal de Moscou, tandis que leurs trois complices ont écopé d'entre 12 et 20 ans de prison.

Roustam Makhmoudov a été reconnu coupable d'avoir tiré sur la journaliste à l'entrée de son immeuble, tandis que Lom-Ali Gaitoukaïev, oncle du tireur, a été identifié comme l'organisateur de l'assassinat.

Le tribunal a également condamné à 20 ans d'emprisonnement un policier moscovite, Serguei Khadzhikourbanov, reconnu coupable d'avoir participé à la préparation du meurtre.

Les deux frères du tireur, Ibragim et Djabraïl Makhmoudov, accusés d'avoir guetté la journaliste et averti leur frère de son arrivée, ont écopé respectivement de 12 et 14 ans de prison.

Le ou les commanditaires toujours pas identifiés

Le parquet avait requis des lourdes peines de détention, allant de 15 ans à la perpétuité, pour les cinq accusés, tandis que les avocats des enfants de la victime ont eux demandé au tribunal de faire preuve de clémence envers Djabraïl et Ibragim Makhmoudov, jugeant qu'ils avaient joué un rôle mineur dans le meurtre.

L'enquête, qui a conduit devant les juges les cinq personnes directement impliquées dans le meurtre perpétré en 2006, n'a toutefois toujours pas identifié son ou ses commanditaires éventuels.

En 2012, l'ancien policier Dmitri Pavliouchenkov, accusé d'avoir localisé Anna Politkovskaya et fourni l'arme pour l'assassiner, avait déjà été condamné à 12 ans de détention.

L'assassinat de la journaliste d'investigation qui travaillait pour le journal indépendant Novaïa Gazeta, très critique de la politique du Kremlin en Tchétchénie, avait ému le monde entier et suscité l'indignation des médias étrangers et des organisations de défense des droits de l'homme.

Parmi les cinq accusés, certains étaient rejugés en appel après avoir été acquittés en première instance en 2009.

A.S. et D. N. avec AFP