BFMTV

Des milliers de Russes manifestent à Moscou contre Poutine

Au moins 20.000 personnes ont manifesté ce samedi à Moscou contre le pouvoir en place.

Au moins 20.000 personnes ont manifesté ce samedi à Moscou contre le pouvoir en place. - -

Des milliers de personnes se sont rassemblées ce samedi à Moscou pour une nouvelle marche contre le pouvoir de Vladimir Poutine.

Au moins 20.000 personnes ont manifesté ce samedi à Moscou contre le pouvoir en place. Un test pour l'opposition, quatre mois après le retour de Vladimir Poutine au Kremlin. De son côté, la police a estimé le nombre de participants à 11.000.

Les manifestants se sont scindés en deux colonnes des deux côtés du boulevard qui traverse le centre-ville, l'une, arborant de nombreux drapeaux rouges, représentant la gauche (Front de gauche et Parti communiste), et l'autre mêlant libéraux et nationalistes.

A la tête de cette dernière colonne se trouvaient notamment l'ancien champion d'échecs Garry Kasparov, engagé dans l'opposition libérale depuis des années, et l'avocat et blogueur Alexeï Navalny, militant de la lutte anticorruption mais aussi connu pour ses liens avec les nationalistes.

"Notre slogan est le pouvoir aux millions (de Russes, ndlr) et non aux millionnaires", a lancé le leader du Front de Gauche Sergueï Oudaltsov, en tête du défilé de gauche.

"Libérez les Pussy Riot"

Une banderole était également visible dans la foule avec l'inscription "Libérez les Pussy Riot", les trois membres de ce groupe contestataire condamnées en août à deux ans de camp pour une "prière punk" anti-Poutine dans la principale cathédrale de Moscou.

Une autre banderole, de 20 mètres de long, était ornée du drapeau noir-jaune-blanc de la Russie impériale.

 D'importantes forces de la police et des troupes de l'intérieur- 7.000 hommes selon les autorités- ont été déployées dans la ville dès l'aube, et étaient soit visibles sur le parcours de la marche, soit en renfort dans des cours ou ruelles en retrait du trajet. Des hélicoptères de police survolaient également le centre-ville à basse altitude.

"Les autorités ont peur de la population et tentent de faire pression. Je pense que les gens n'ont pas peur et nous devons, ici, dans la rue, exiger la fin de la répression", a déclaré un des leaders libéraux, l'ex-Premier ministre Mikhaïl Kassianov.

Des manifestations avaient également lieu à Saint-Pétersbourg, la deuxième ville du pays, et dans plusieurs autres villes du pays, avec une affluence moindre.