BFMTV

Les polices du monde luttent contre l'obésité de leur effectif

Des policiers japonais dansles rues de Tokyo.

Des policiers japonais dansles rues de Tokyo. - -

Dernière en date, la police indonésienne a lancé un programme d'exercice physique pour faire maigrir ses agents de la paix. Les polices russe, mexicaine, pakistanaise et ougandaise ont aussi initié le mouvement

Dans plusieurs pays, la police est au régime et ses agents en surpoids, pointés du doigt. C'est le cas de policiers indonésiens, jugés incapables d'attraper les criminels en raison d'un surpoids, et qui ont été enrôlés dans un programme d'exercice physique. "Les policiers bedonnants courent trop lentement pour attraper les criminels en fuite", a expliqué vendredi à l'AFP Wahyu Widada, chef de la police de Tangerang, non loin de la capitale Jakarta.

Ainsi, quelque 132 des 1.473 policiers de la ville, jugés en surpoids, doivent dorénavant suivre quatre heures et demi d'exercice physique par semaine."Ils pourront quitter le programme quand ils auront atteint des mensurations plus correctes", a-t-il ajouté.

"Ne mangez pas de sandwich et de tacos"

La police indonésienne n'est pas la seule à avoir pris des mesures pour lutter contre le surpoids de ses troupes. En 2009, la police mexicaine avait elle aussi décidé de sensibiliser ses officiers à l'équilibre alimentaire. Une manière de réagir aux 70% des 70.000 membres de la police de Mexico en surpoids. Afin de lutter contre l'obésité au sein de ses troupes, la police mexicaine a donc mis en place un programme d'éducation nutritionnelle.

Ainsi, les officiers de Mexico bénéficient d'examens sanguins afin de déterminer un régime alimentaire adapté à chacun. Nora Frias, adjointe à la mairie de Mexico, affirme : "On ne peut pas leur dire 'Ne mangez pas de sandwich et de tacos' mais on peut leur dire 'Ne mangez qu’un sandwich par jour et si vous avalez trois tacos par jour, eh bien contrebalancez cela avec des légumes'."

"Les gros et les bedonnants ne réussiront pas"

En 2011, ce sont les policiers russes en surpoids qui risquaient de perdre leur poste. "Les gros et les bedonnants ne réussiront pas" les nouvelles épreuves imposées aux officiers pour prouver qu'ils ont leur place au sein de la police, affirmait à l'époque le ministre de l'Intérieur, Rachid Nourgaliev.

"La bataille du bide"

Mais l'ultimatum le plus clairs a été adressés par un commandant de la police pakistanaise. E, juin dernier, il a ainsi ordonné à ses hommes de maigrir, décrétant que le tour de taille de ses 175 000 subordonnées ne devait plus excéder 96 cm, sous peine de ne plus être déployés sur le terrain. Un ultimatum qualifié de "bataille du bide" par un quotidien local.

"Quand ils sont en surpoids, les policiers ne sont pas en mesure de traquer efficacement les bandits, voleurs et autres criminels", déclarait alors sa porte-parole, Nabila Ghazanfar, selon laquelle au moins 50% des policiers du Pendjab sont en surpoids.

En Ouganda, un problème d'image de taille

Enfin l'OUganda a rejoint la liste des pays qui ont déclaré la guerre à l'obésité dans la police. Pour lutter contre le surpoids, la police a lancé un nouveau programme qui incite les forces de l'ordre à faire de l'exercice. L'initiative ne vise pas seulement à affiner les silhouettes mais également à améliorer l'image de la police, très critiquée pour ses violations des droits de l'homme.

Pour voir la vidéo, cliquez sur ce lien.