BFMTV

Au Japon, la population vieillissante doit s'habituer aux soins des robots

Le robot Robear porte les personnes selon leur désir.

Le robot Robear porte les personnes selon leur désir. - JIJI PRESS / AFP

Dans ce pays très en pointe dans le domaine de la robotique, le problème de la prise en charge des troisième et quatrième âges se pose de manière aiguë.

Comment prendre en charge les personnes âgées très représentées au Japon qui présente l'une des populations les plus vieillissantes au monde. Dans ce pays féru de nouvelles technologies, la robotique pourrait pallier le manque de personnels soignants. Leurs effectifs pourraient baisser de 370.000 d'ici à 2025, disent les dernières projections, évoquées par le journal britannique The Guardian. D'où l'idée du gouvernement de faire prendre en charge quelque 80% de la population âgée par des robots d'ici 2020.

Du lit, au fauteuil roulant, à la baignoire

Les ingénieurs concentrent leurs efforts sur des machines permettant de soulever les patients pour les faire passer de leur lit, leur fauteuil et à leur baignoire en toute sécurité.

Selon le Dr Hiroshisa Hirukawa, directeur de la recherche robotique à l'Institut national des sciences et technologies industrielles avancées (AIST), le but n'est pas tant de remplacer l'intervention humaine que d'apporter une aide à celle-ci. Parallèlement, la technologie pourrait aider les personnes faiblement dépendantes à prolonger leur maintien chez eux le plus longtemps possible.

"La robotique ne peut pas régler tous les problèmes (de dépendance, NDLR), mais quoi qu'il en soit, la robotique peut contribuer à diminuer des difficultés", explique le roboticien. 

Un coût encore trop élevé

Selon Hiroshira Hirukawa, seuls 8% des maisons de retraite japonaises sont équipées d'un robot pour aider les résidents à se mouvoir. La raison de cette rareté est due au coût de ces installations. Mais il faut aussi noter, au moins dans un premier temps, une "réticence psychologique des patients".

Le centre de recherche de Hirukawa a travaillé sur un projet soutenu par le gouvernement pour aider 98 fabricants à tester des dispositifs robotiques de soins infirmiers au cours de ces cinq dernières années. Une quinzaine a débouché sur une exploitation commerciale. Afin de réduire les coûts et la complexité, ces types de robots ne ressemblent pas encore à des humains. Cela devrait être le cas dans le futur. Selon la stratégie des autorités japonaises en matière de robotique, le gouvernement espère que quatre bénéficiaires de soins sur cinq accepteront d'avoir un soutien fourni par des robots d'ici à 2020.

David Namias