BFMTV

Victime d'une attaque à l'acide, une Indienne se sert des tutos beauté pour dénoncer

Dans un faux tutoriel beauté, Reshma Bano Qureshi dénonce la vente libre d'acide en Inde.

Dans un faux tutoriel beauté, Reshma Bano Qureshi dénonce la vente libre d'acide en Inde. - Capture d'écran Youtube

Victime d'une dramatique attaque à l'acide qui l'a défigurée à vie, une jeune Indienne a détourné le principe des tutoriels beauté pour sensibiliser l'opinion publique à ce sujet, alors que près d'un millier d'Indiennes sont victimes de ce genre d'attaque, chaque année.

Elle s'appelle Reshma Bano Qureshi et est défigurée à vie. L'année dernière, cette jeune Indienne a été victime d'une attaque au cours de laquelle des hommes, dont son beau frère, l'ont attrapée de force avant de lui verser de l'acide sulfurique sur le visage, changeant son destin à jamais. Elle avait 18 ans.

Tutoriel engagé

Aujourd'hui, la jeune femme, qui a totalement perdu son oeil gauche et partiellement son oeil droit, a décidé de faire de ce drame un moyen de combattre et de faire passer un message, alors que près d'un millier de femmes indiennes sont victimes d'attaques à l'acide chaque année.

Détournant le principe et le format du tutoriel beauté, ce genre de vidéos largement disponibles sur Youtube dans lesquelles des jeunes filles donnent des conseils coiffure ou maquillage, Reshma se met en ainsi en scène dans une vidéo, face caméra. La jeune femme expose ainsi sans fards son handicap et explique le plus naturellement du monde comment appliquer un rouge à lèvres rouge.

"Chaque jour, une femme est victime d'une attaque à l'acide"

Mais au bout d'une quarantaine de secondes apparaît le vrai message de la vidéo. "Vous trouverez facilement un rouge à lèvres rouge dans le commerce. Tout comme de l'acide concentré", explique Reshma.

"C'est pourquoi, chaque jour, une femme est victime d'une attaque à l'acide", poursuit-elle, avant d'appeler à signer une pétition demandant l'interdiction de la vente libre de ce produit en Inde, et que n'importe qui peut se procurer contre quelques roupies.

Lettre ouverte au gouvernement indien

La campagne a été réalisée par le mouvement "Make Love not Scars", ("Faites l'amour, pas des cicatrices"), qui, dans une lettre ouverte publiée sur son site, appelle des membres du gouvernement indien, dont le Premier ministre, à "rendre l'acide introuvable pour le commun des hommes". 

Reshma, qui a réalisé au total trois tutoriels beauté pour cette cause, n'est pas inconnue des internautes. En 2014, après son attaque, elle avait fait appel au crowdfunding pour rassembler l'argent nécessaire à sa chirurgie réparatrice, ce qui lui avait permis de récolter près de 9.000 dollars (7.950 euros)

Adrienne Sigel