BFMTV

Anne Lauvergeon et des experts d'Areva se rendent au Japon

Equipe médicale aux abords de l'hôpital universitaire de Fukushima lors du transfert d'un employé de la centrale de Fukushima-Daiichi exposé à des radiations. Areva a décidé d'envoyer cinq experts au Japon pour déterminer l'aide que le groupe français pou

Equipe médicale aux abords de l'hôpital universitaire de Fukushima lors du transfert d'un employé de la centrale de Fukushima-Daiichi exposé à des radiations. Areva a décidé d'envoyer cinq experts au Japon pour déterminer l'aide que le groupe français pou - -

PARIS (Reuters) - Areva a décidé d'envoyer cinq experts au Japon pour déterminer l'aide que le groupe français pourrait apporter à Tepco,...

PARIS (Reuters) - Areva a décidé d'envoyer cinq experts au Japon pour déterminer l'aide que le groupe français pourrait apporter à Tepco, l'opérateur de la centrale nucléaire de Fukushima en proie à une catastrophe majeure.

La présidente du directoire d'Areva, Anne Lauvergeon, s'y rendra également "rapidement", a précisé mardi une porte-parole du groupe nucléaire. Elle devrait s'envoler vers Tokyo d'ici mercredi, a-t-elle ajouté.

Dans la matinée, la ministre française de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet, avait annoncé l'envoi de deux spécialistes du nucléaire, l'un d'Areva et l'autre du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) au Japon pour apporter leur expertise concernant la centrale atomique de Fukushima-Daiichi.

"Le but est d'analyser l'aide que le groupe pourrait apporter à Tepco (Tokyo Electric Power)", a précisé la porte-parole d'Areva.

La délégation d'Areva sera reçue mercredi au Miti, le ministère japonais de l'Economie, et rencontrera le numéro deux de Tepco, a-t-elle ajouté.

Le plutonium décelé dans le sol de la centrale japonaise endommagée lors du séisme et du tsunami du 11 mars a renforcé les inquiétudes concernant les longs efforts que va devoir poursuivre le pays pour venir à bout du pire accident nucléaire survenu depuis celui de Tchernobyl en 1986.

"Nous avons envoyé deux experts, l'un du CEA et l'autre d'Areva, pour commencer, pour pouvoir partager cette expérience sur le pompage et le traitement de l'eau radioactive à Fukushima", a dit Nathalie Kosciusko-Morizet, qui s'exprimait en marge d'une conférence organisée à Paris par The Economist.

"A ce stade, les deux personnes qui sont parties sont parties pour produire de l'expertise", a ajouté la ministre.

Mathilde Cru, Benjamin Mallet, Laure Bretton, édité par Jean-Michel Bélot