BFMTV

25 Français restent portés disparus au Japon, selon l'ambassade

Colonne de fumée dans la ville de Sendai, au Japon. Vingt-cinq Français sont toujours recherchés dans cette région frappée vendredi par un très violent séisme, selon le porte-parole de l'ambassade de France. /Photo prise le 12 mars 2011/REUTERS/Jo Yong-Ha

Colonne de fumée dans la ville de Sendai, au Japon. Vingt-cinq Français sont toujours recherchés dans cette région frappée vendredi par un très violent séisme, selon le porte-parole de l'ambassade de France. /Photo prise le 12 mars 2011/REUTERS/Jo Yong-Ha - -

PARIS (Reuters) - Vingt-cinq Français sont toujours recherchés dans la région de Sendai au Japon, frappée vendredi par un très violent séisme, a...

PARIS (Reuters) - Vingt-cinq Français sont toujours recherchés dans la région de Sendai au Japon, frappée vendredi par un très violent séisme, a déclaré samedi le porte-parole de l'ambassade de France, interrogé sur LCI.

Les autorités françaises ont en revanche retrouvé les 19 ressortissants installés près de Fukushima, où une explosion et une fuite radioactive se sont produites samedi.

Environ 9.000 Français vivent au Japon actuellement, selon le ministère des Affaires étrangères qui n'évoque pas pour l'instant de victimes françaises.

"Depuis hier, nous faisons le recensement de nos ressortissants sur place. Actuellement sur les 50 ressortissants que nous comptons dans la région de Sendai, nous en avons retrouvé la moitié sains et saufs", a dit le porte-parole de l'ambassade Jules Irmann interrogé par téléphone sur LCI.

"L'autre moitié n'a pas pu être contactée (...) Les personnes sont très difficilement joignables donc cela ne veut pas dire qu'il leur est arrivé malheur - même si c'est une hypothèse qu'on ne peut pas exclure non plus bien entendu - mais nous sommes sans nouvelles de la moitié de nos ressortissants", a ajouté le porte-parole.

Selon des bilans provisoires fournis par les médias japonais, la secousse et le tsunami qu'elle a déclenché vendredi ont fait au moins 1.300 morts. La plupart des victimes auraient péri noyées.

Nicolas Sarkozy et Alain Juppé ont proposé vendredi l'assistance de la France aux autorités japonaises.

Laure Bretton