BFMTV

Zika: un quartier de Miami déconseillé aux femmes enceintes

Un homme chasse les moustiques dans le quartier de Wynwood, à Miami.

Un homme chasse les moustiques dans le quartier de Wynwood, à Miami. - Jo Raedle - AFP

Les autorités de santé américaines recommandent aux femmes enceintes d'éviter le quartier de Wynwood à Miami, en Floride. Elles redoutent la propagation par les moustiques du virus Zika, qui peut causer de graves malformations du foetus.

Alerte à Miami. En raison de la propagation du virus Zika dans la ville de Floride, les autorités de santé américaines recommandent aux femmes enceintes d'éviter le quartier de Wynwood. "Nous recommandons aux femmes enceintes d'éviter de se déplacer dans cette zone" du nord de Miami, a déclaré Tom Frieden, le directeur des Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

Le quartier de Wynwood, connu pour son tourisme artistique et ses restaurants, s'étend sur un peu moins de deux kilomètres carré à proximité du centre-ville de Miami. 

Les femmes enceintes qui se sont rendues à Wynwood depuis le 15 juin sont appelées à contacter leur médecin, a ajouté Tom Frieden. Et celles qui attendent un enfant et vivent dans le secteur doivent utiliser des préservatifs ou pratiquer l'abstinence, a-t-il encore conseillé.

Des premières transmissions par des moustiques

En Floride, les autorités ont fait part vendredi et lundi des premiers cas de transmissions connus du virus par des moustiques sur le territoire continental des Etats-Unis. "Le ministère de la Santé de Floride a identifié dix nouvelles personnes en Floride porteuses du virus Zika qui l'ont probablement attrapé par une piqûre de moustique. Cela porte le nombre total de personnes ayant contracté le Zika localement à 14", a détaillé dans un communiqué lundi le gouverneur de Floride, Rick Scott. Ces 14 cas concernent deux femmes et douze hommes.

"A Miami, les mesures de contrôle agressives contre les moustiques ne semblent pas fonctionner aussi bien que nous l'aurions voulu", a reconnu Tom Frieden, estimant qu'ils pourraient se montrer résistants aux insecticides utilisés ou que certaines zones de reproduction n'ont pas encore été identifiées. La plupart des personnes ne montrent aucun symptômes du Zika, a-t-il toutefois tempéré. "Rien de ce que nous ayons vu ne montre une transmission étendue, mais il est possible qu'une transmission constante touche certaines zones", a-t-il estimé.

A. K. avec AFP