BFMTV

Obama salue un "jour nouveau" dans les relations avec Cuba

Actuellement en visite officielle à La Havane, Barack Obama a salué lundi un "jour nouveau" dans les relations entre les Etats-Unis et Cuba, ainsi que "l'esprit d'ouverture" de Raul Castro. 

L'avenir de Cuba "sera décidé par les Cubains", a martelé Barack Obama au deuxième jour de sa visite historique dans la capitale cubaine, tout en soulignant que Washington continuerait à se prononcer sur les questions des droits de l'homme et de libertés individuelles.

"Nous avons eu une bonne discussion sur les questions de démocratie et de droits de l'homme", a assuré M. Obama à l'issue d'un entretien avec son homologue cubain au palais de la Révolution de La Havane, puissant symbole de la lutte contre "l'impérialisme américain".

"J'espère que ma visite ici montre à quel point nous sommes prêts à entamer un nouveau chapitre dans les relations cubano-américaines", a-t-il insisté.

"Les dernières mesures sont positives mais insuffisantes"

Le président cubain a salué quant à lui les efforts déployés par son homologue américain pour tenter de faire lever l'embargo qui pénalise son pays depuis 1962.

"Nous reconnaissons la position du président Obama et de son gouvernement, et leurs appels répétés au Congrès pour que (l'embargo) soit levé. Les dernières mesures (d'assouplissement de l'embargo) sont positives mais insuffisantes", a déclaré Raul Castro à l'issue d'entretiens avec Barack Obama à La Havane.

Le président cubain nie l'existence de prisonniers politiques

Raul Castro a également souhaité que les "divergences" entre Cuba et les Etats-Unis soient dépassées, tout en contestant l'existence de prisonniers politiques à Cuba.

"Y a-t-il des prisonniers politiques ? Donnez-moi la liste immédiatement pour que je les libère", a-t-il répondu à un journaliste américain. "Donnez-moi le nom ou les noms (...) S'il y en a, ils seront libérés avant la nuit", a-t-il assuré, visiblement irrité, lors d'une conférence de presse au côté du président américain Barack Obama.

Le président américain a ensuite invité le Congrès américain à lever l'embargo qui pèse sur Cuba. C'est la première fois qu'un président américain en exercice effectue une visite officielle à Cuba en 88 ans.

P. P. G. avec AFP