BFMTV

Las Vegas: il reçoit une balle après avoir sauvé la vie de plusieurs personnes

Jonathan Smith, 30 ans, a sauvé la vie de plusieurs personnes à Las Vegas, le 1er octobre.

Jonathan Smith, 30 ans, a sauvé la vie de plusieurs personnes à Las Vegas, le 1er octobre. - Capture Twitter ; montage BFMTV.com

Jonathan Smith passera peut-être le reste de ses jours avec une balle dans la nuque. Cet Américain de 30 ans a sauvé plusieurs personnes dimanche soir à Las Vegas, lors de la fusillade qui a fait 59 morts et plus de 500 blessés, avant de lui-même être la cible d'un tir.

Il est le visage héroïque de la fusillade de Las Vegas et sa photo a d'ores et déjà fait le tour du monde. Jonathan Smith, un réparateur de photocopieuses âgé de 30 ans, s'est illustré dimanche soir en sauvant plusieurs personnes des balles du tireur, rapporte le Washington Post

Séparé de sa famille dans le mouvement de foule

Le jeune homme était venu spécialement de Californie, jeudi dernier, pour célébrer en famille à Las Vegas les 43 ans de son frère, grand fan de country. C'est donc en famille qu'il s'est rendu au concert qui se tenait dimanche soir sur le Strip, cette grande avenue traversant la ville, comme il l'avait fait tout au long de ce week-end de festival dédié à la musique country.

Lorsque les balles ont commencé à pleuvoir, tirées par un homme depuis le 32e étage du grand hôtel Mandalay Bay, Jonathan Smith a eu comme premier réflexe de protéger ses proches à tout prix. Au moment où la foule a compris ce qui était en train de se passer et a commencé à fuir, Jonathan a cherché avant tout à sauver ses jeunes nièces. Mais face au mouvement de panique géant qui s'était emparé des lieux, le jeune homme a perdu leur trace. 

Balle dans la nuque

Jonathan Smith est alors revenu sur ses pas, en s'approchant de la scène pour les retrouver. C'est à ce moment qu'il est tombé sur un groupe d'une trentaine de personnes réfugiées derrière une voiture de police, exposées aux balles, si terrifiées qu'elles ne savaient pas quoi faire.

"Tireur actif, tireur actif, venez! Il faut courir", leur a lancé Jonathan, avant de les attraper et de les forcer à le suivre vers un parking situé à l'écart du Las Vegas Boulevard, où les balles continuaient à siffler.

Jonathan Smith et ses protégés se sont alors baissés sous des voitures garées, pour se mettre à l'abri. Mais alors qu'il se levait pour récupérer des petites-filles qui étaient mal cachées et exposées aux tirs, le Californien a reçu une balle en pleine nuque. 

"Peut-être vivrai-je avec cette balle pour le reste de ma vie"

"Je ne sentais plus mon cou. Et il y avait une sensation de chaleur dans mon bras", a raconté Jonathan Smith depuis l'hôpital, lundi, alors qu'il attendait que sa permission de sortie soit validée.

Contrairement à d'autres nombreux blessés qui se trouvent dans un état grave, le trentenaire s'en sort bien. Il souffre d'une fracture de la clavicule, d'une côté fêlée et d'une contusion au poumon, ce qui lui permet d'être déjà sorti de l'hôpital. Pour l'heure, les médecins ont laissé la balle logée dans son cou, estimant que l'enlever pourrait blesser davantage le jeune homme. 

"Peut-être vivrai-je avec cette balle pour le reste de ma vie", a confié Jonathan Smith. La photo le montrant assis à l'hôpital, un pansement sur le cou, a d'ores et déjà fait le tour des réseaux sociaux, et son histoire a été relayée par plusieurs personnalités, telles que Chelsea Clinton, qui l'a qualifié de "héros".

"Personne ne mérite de perdre la vie en venant à un festival de country"

Jonathan Smith pense savoir qu'un policier de San Diego, qui était hors-service dimanche, lui a sauvé la vie en stoppant l'hémorragie et en le mettant dans une voiture direction l'hôpital, aux côtés d'autres blessés. Plusieurs heures après avoir été séparés d'eux, Jonathan a pu retrouver son frères, ses nièces, et tout le reste de sa famille, tous sains et saufs.

Averti que sa photo avait fait le tour du monde et que le surnom "héros" lui était attribué, le jeune homme a simplement répondu: "Je ne me vois pas comme ça. J'aurais voulu que quelqu'un fasse pareil pour moi. Personne ne mérite de perdre la vie en venant à un festival de country".

Adrienne Sigel