BFMTV

Une chienne d'aveugle sauve sa maîtresse lors d'un incendie

Les retrouvailles de Maria Colon et son Labrador Yolanda après leur hospitalisation.

Les retrouvailles de Maria Colon et son Labrador Yolanda après leur hospitalisation. - NBC

Près de Philadelphia aux Etats-Unis, une femme aveugle a échappé, ce jeudi, à l'incendie de sa maison grâce à son Labrador qui a réussi à contacter les secours.

C'est ce qu'on appelle un véritable ange gardien. Maria Colon, qui a perdu la vue en 1992, sait qu'elle peut compter sur son chien guide d'aveugle. Elle était tranquillement en train de dormir le jeudi 6 août à Holmesburg dans la banlieue de Philadelphia aux États-Unis lorsqu'un incendie s'est déclaré dans sa maison. Elle doit sa survie grâce à l'efficacité de Yolanda, son fidèle Labrador femelle au pelage sable.

La femme d'origine portoricaine s'est réveillée soudainement dans la nuit en s'écriant: "Mon Dieu, il y a de la fumée! Je n'arrive plus à respirer", a-t-elle expliqué à la chaine NBC10. Elle a aussitôt crié à l'intention de son chien le mot danger. L'animal a alors appelé les secours sur un téléphone spécialement conçu à cet effet. Le Labrador a été entraîné pour suivre une procédure et joindre de l'aide lorsque sa maîtresse utilise ce mot pour signaler une urgence. 

Transportée à l'hôpital vétérinaire

"J'ai entendu le téléphone. Elle s'est mise à gronder. Je me suis dit 'Ô, Seigneur, elle est en train d'appeler la police', s'est souvenue la rescapée. Les pompiers sont arrivés et ont maîtrisé les flammes. Maria Colon a été transportée à l'hôpital pour inhalation de fumée et Yolanda est allée dans un hôpital vétérinaire pour des problèmes aux yeux et aussi en raison des émanations liées à l'incendie. Elles se sont retrouvées chaleureusement le lendemain.

"Je suis sa maman et elle m'aime tellement", a confié sa maîtresse. Ce n'est pas la première fois que son Labrador lui sauve la vie. Elle avait déjà contacté les secours l'année dernière après un évanouissement. Malgré cette mésaventure, Maria Colon peut donc dormir l'esprit tranquille.

Elise Maillard